Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Demain on arrête de respirer"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : plusieurs morts dans des heurts au Nord-Ouest

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Alep-est, à feu et à sang

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : Alep, la chute finale ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : Alep, la chute finale ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la gauche : quelle est la stratégie de Manuel Valls ?

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle-2017 : quelle gauche après Hollande ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : avec "La Division d'or", à la conquête de Mossoul

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Demain tout commence" : Omar Sy, allô papa bobo !

En savoir plus

Un ex-élu basque abattu à deux jours des législatives

Dernière modification : 08/03/2008

La fusillade a eu lieu à Mondragon, au Pays Basque espagnol. Luis Rodriguez Zapatero appelle les Espagnols à ne pas se laisser intimider. (Reportage : A. Percept et C. Perrouault)

Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a déclaré vendredi que l'Espagne ne laisserait pas l'ETA "interférer" dans la "volonté pacifique" des Espagnols appelés à voter dimanche aux législatives, après l'assassinat d'un ex-élu socialiste au Pays basque.
  
"Les terroristes ont voulu interférer dans la manifestation de la volonté pacifique des citoyens convoqués aux urnes", a déclaré M. Zapatero depuis le siège du gouvernement, en condamnant fermement cet "attentat criminel".
  
"Mais la démocratie espagnole a démontré qu'elle n'admettait pas les défis de ceux qui s'opposent à ses principes de base et à ses valeurs essentielles. Elle ne l'a jamais accepté et elle ne l'acceptera jamais", a-t-il déclaré.
  
Isaias Carrasco, ancien conseiller municipal socialiste de Mondragon, a été abattu par balles alors qu'il sortait vendredi en début d'après-midi de son domicile de cette ville basque, en compagnie de sa fille et de son épouse.
  
L'attentat n'a pas été revendiqué mais a été attribué par le gouvernement espagnol et la classe politique unanime à l'organisation indépendantiste basque armée ETA.
  
M. Zapatero, le visage crispé, a exprimé sa "plus ferme condamnation" et "ses profondes condoléances", aux proches de l'ancien élu socialiste, dans une déclaration lue au siège du gouvernement.
  
"Ceux qui ont participé à cet assassinat seront bientôt interpellés et mis à la disposition de la justice pour qu'ils accomplissent, dans toute sa rigueur, la condamnation qu'ils méritent", a-t-il ajouté.
  
"Nous savions que l'ETA pouvait encore causer des dommages et une douleur irréparables aux Espagnols" mais "nous savons aussi avec certitude que l'ETA est déjà vaincue par la démocratie, répudiée et isolée par l'ensemble des Espagnols et de la société basque", a-t-il poursuivi.
  
ETA "n'a d'autre destinée que de disparaître, et ses membres n'ont pas d'autre futur que la prison", a déclaré M. Zapatero.

Première publication : 07/03/2008

COMMENTAIRE(S)