Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'opposition vénézuélienne interdite de manifester avant le vote de dimanche

En savoir plus

FOCUS

France : vent de fronde sur La République En Marche

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Helen Mirren, "queen" du cinéma britannique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le viagra pour l'armée américaine : cinq fois plus cher que les frais de santé des transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Moralisation : l'ombre des lobbys"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Avignon s’offre Leopold Sédar Senghor

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Khalifa Haftar : "Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

En savoir plus

LE DÉBAT

Pologne : le casse-tête de Bruxelles (partie 2)

En savoir plus

A Moscou, Merkel prône le dialogue entre l'UE et la Russie

Dernière modification : 08/03/2008

La chancelière allemande se félicite de parler "franchement" des sujets qui fâchent avec Poutine. Correspondance : A. Smith.

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé samedi la Russie et l'Europe à intensifier leur dialogue et s'est félicitée de pouvoir parler "franchement" des sujets qui fâchent, lors d'une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine.
   
"L'Allemagne et la Russie, l'Europe et la Russie sont interdépendantes. Nous devons trouver des voies pour avancer ensemble. Le monde est confronté à de nombreux problèmes", a-t-elle dit au début de la rencontre dans la datcha du président russe à Novo Ogarevo près de Moscou.
   
"Depuis que je suis chancelière, nous avons trouvé un moyen de discuter des sujets communs, des questions critiques de façon ouverte et franche", a poursuivi Mme Merkel qui a souvent critiqué les atteintes aux droits de l'Homme et à la démocratie en Russie sous la présidence de M. Poutine.
   
"C'est toujours une joie et parfois un défi", a-t-elle poursuivi avec son franc parler habituel face à son homologue russe, qui doit céder le fauteuil présidentiel le 7 mai à Dmitri Medvedev, élu dimanche nouveau président de Russie.
   
"Le mot visite d'adieux serait un peu étrange", a poursuivi la chancelière alors que Vladimir Poutine doit devenir le Premier ministre de son dauphin une fois parti du Kremlin.
   
"J'espère que ce ne sera pas notre dernière rencontre", a renchéri M. Poutine tout en notant que ce serait la dernière dans le cadre de ses fonctions présidentielles.
   
"L'Allemagne est le partenaire le plus important pour nous en Europe et dans le monde", a-t-il souligné.
   
"Nous avons des raisons d'être satisfaits de notre travail", a-t-il dit en notant les "très bons contacts" au plan "politique" et "économique". Le commerce bilatéral a été mutliplié par 3,5 en six ans, a-t-il ainsi relevé.
   
A l'issue de la rencontre, Mme Merkel sera le premier hôte étranger reçu par le futur président de Russie Dmitri Medvedev.

Première publication : 08/03/2008

COMMENTAIRE(S)