Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Égypte : la répression des homosexuels s'intensifie

En savoir plus

Après sa victoire, Zapatero appelle à l'unité

Dernière modification : 10/03/2008

Les socialistes espagnols vont rechercher des alliés dans les petites formations, afin de constituer la majorité qui leur manque pour gouverner. (Récit : V. Giebel)

De grands défis économiques attendent José Luis Rodriguez Zapatero, reconduit dimanche au pouvoir, la forte croissance qu'avait connue l'économie espagnole ces dix dernières années ayant subi depuis l'automne un net ralentissement.

Inflation supérieure à celle de la zone euro, chômage en progression, moteur du bâtiment grippé, déficit commercial de plus au plus profond... Le tableau de bord de l'Espagne vire depuis quelques mois chaque fois plus au rouge.

"Cette législature aura pour principal objectif l'impulsion économique", a déclaré lundi matin le chef du gouvernement socialiste, au lendemain de sa seconde victoire aux législatives.

"Le principal défi est la croissance, il va y avoir moins de création de richesses", a déclaré à l'AFP José Villacis, professeur d'économie à l'université San Pablo CEU, à Madrid.

Après une décennie euphorique qui l'a propulsée dans la cour des grands pays européens, l'Espagne est en train de flancher, sous l'effet conjugué du contexte international et de la fin du boom de la construction.

Après une croissance encore forte de 3,8% en 2007, supérieure d'1,2 point à la moyenne de la zone euro, sa prévision officielle pour 2008 reste élevée, à 3,1%. Mais plusieurs institutions jugent ce pronostic optimiste. La Commission européenne prévoit plutôt 2,7%.

D'autant que la tendance s'accentue. "Les données les plus récentes montrent une décélération un peu plus prononcée de l'activité début 2008", analysait fin février la Banque d'Espagne.

Autre problème de taille, car il frappe tous les Espagnols, l'inflation, traditionnellement plus élevée que dans le reste de la zone euro.

Dopé par le pétrole et les produits alimentaires, l'indice des prix a fortement augmenté ces derniers mois (4,4% sur un an en février), suscitant la grogne de ménages déjà très endettés par leurs emprunts immobiliers et qui peinent à boucler leurs fins de mois.

Pendant la campagne électorale, la droite a largement attaqué le gouvernement sur l'envolée du prix du lait ou des fruits, un paradoxe pour ce pays verger de l'Europe.

Josep Oliver Alonso, de l'université autonome de Barcelone, juge nécessaire des mesures conjoncturelles dans le secteur des grandes surfaces, comme en France.

La grande distribution est montrée du doigt: "le produit qui sort bon marché de chez le producteur arrive cher chez le consommateur", résume M. Villacis.

Autre sujet d'inquiétude, le chômage. Bien qu'historiquement bas, à 8,6% en 2007, il est en train de repartir à la hausse.

Des légions de travailleurs du bâtiment, dont de nombreux immigrés, laissés sur le carreau par le ralentissement du secteur, gonflent les chiffres du chômage, après des années de frénésie où les bétonneuses fabriquaient le miracle économique.

M. Zapatero s'est engagé à créer deux millions d'emplois d'ici à 2012. Mais "la solution ne dépend pas directement du gouvernement, car c'est le secteur privé" qui crée du travail, rappelle M. Villacis.

Il pourrait agir indirectement via des baisses d'impôts pour relancer l'emploi. "Mais c'est dangereux, on risque le déficit budgétaire", estime l'économiste.

Or, la bonne santé budgétaire du pays est un des points forts des socialistes. Les comptes publics ont affiché régulièrement des excédents, une performance rare en Europe.

Baisses d'impôts, augmentation des salaires et retraites minimum, M. Zapatero a promis de puiser dans ce magot pour aider les plus vulnérables à affronter un ralentissement qu'il promet "temporaire".

Le commissaire européen à l'Economie, l'Espagnol Joaquin Almunia, a récemment mis en garde l'Espagne contre un relâchement de sa rigueur, l'appelant à "ne pas détruire un des excédents budgétaires les plus importants de la zone euro".
 

Première publication : 10/03/2008

COMMENTAIRE(S)