Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Facebook in French

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 24/10/2008

Le site de socialisation américain Facebook est disponible depuis lundi en version française. Une stratégie qui vise à attirer plus d'utilisateurs sur le site, qui compte déjà plus de 1,5 millions d'inscrits francophones.

Facebook dans la langue de Molière
 
D’abord lancé en espagnol le 11 février, puis en allemand au début du mois de mars, la version française du site de socialisation californien Facebook voit enfin le jour.
 
Cette dernière version, écrite en à peine une journée grâce au concours d’utilisateurs francophones, permet à la jeune société californienne d’achever la première phase de son internationalisation annoncée en décembre dernier.
 
"Nous avons eu plus de 4 000 contributeurs dans l’Hexagone, et la traduction a été plus rapide qu’en Allemagne", déclare Javier Olivan, directeur du développement international de Facebook, dans le quotidien français Les Echos.
 
Une étape nécessaire pour le site dont  plus de 60% des utilisateurs sont étrangers et un tiers européens.
 
"Nous avons désormais 8,3 millions d’utilisateurs actifs en Grande-Bretagne et plus de 1,5 millions d’utilisateurs de langue française", précise Javier Olivan.
 
Le multilinguisme de Facebook est une étape importante pour lui permettre de continuer son internationalisation. Le site communautaire, créé en 2004 et qui revendique quelque 67 millions d’utilisateurs actifs, compte bien continuer son expansion. Grâce à un logiciel gratuit, les millions d’utilisateurs européens peuvent maintenant lire les instructions, les informations et la majorité des fichiers fournis par le site dans leur langue maternelle.

 

Une traduction approximative
 
"Account" devient ainsi "compte" en français, "cuenta" en espagnol, et  "Konto" dans sa version germanique.
 
Les traductions en français sont pour l’instant plus ou moins réussies. Par exemple, l’application "You were poked by", "titiller du doigt" a été remplacée par l’expression "Quelqu'un veut attirer votre attention".
 
Certains mots n’ont pas été littéralement traduits en français. L’action de "tag" qui permet d’ajouter des noms sur des photos, n’a donc pas été traduite par "étiqueter", sa version française, mais tout simplement par l’anglicisme "tagger". De la même manière, la jeune société californienne a choisi de ne pas renommer le site "trombinoscope", traduction littérale de "facebook".

Claire Fourcade, une internaute qui a pourtant participé à la traduction du site, juge «la version française décevante». Selon elle,  « Les parties encore en anglais sont les plus difficiles à comprendre. »

En effet, la majorité des applications proposées par des concepteurs extérieurs à Facebook depuis mai 2007 restent en anglais, comme l’application "Where have you been" grâce à laquelle l’utilisateur peut rendre publique la liste des pays et villes qu’il a visités.
 
Bien qu’encore approximative, cette version francophone répond aux attentes de nombreux internautes peu à l’aise avec la langue de Shakespeare. Les applications, qui étaient jusqu’à maintenant en "VO", ne sont pas toujours faciles d’utilisation. Pour les "anglophobes", il était donc souvent compliqué de naviguer d’une application à l’autre.
 
Certains d’entres eux s’étaient d’ailleurs rassemblés depuis plusieurs mois pour réclamer les versions en langues européennes dans des dizaines de groupes tels que "Pour Facebook en français" voire "Je suis nul en anglais et je galère sur Facebook" et "Facebook en anglais c’est la classe mais je n’y comprends rien".
 
Leur vœu a été exaucé, quitte à décevoir d’autres membres qui, eux, avaient rallié les groupes tels que : "Au secours Facebook devient français".

Première publication : 10/03/2008

COMMENTAIRE(S)