Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Vers des législatives anticipées en Serbie

Dernière modification : 11/03/2008

Le pays traverse une grave crise politique, moins d'un mois après l'indépendance du Kosovo. La correspondance à Belgrade de Laurent Rouy. (Récit : A. Etcheverry)

Les Européens espèrent que les élections législatives annoncées en Serbie verront la victoire des forces pro-européennes et leur permettront d'amorcer une réconciliation avec Belgrade, brouillée avec les Européens depuis la déclaration d'indépendance du Kosovo.

"Avec les élections, nous espérons que les forces européennes gagneront", a déclaré le ministre slovène des Affaires étrangères, Dimitrij Rupel, dont le pays préside l'UE, à son arrivée lundi à une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.

"Franchement, je ne pense pas qu'il y ait d'autre possibilité pour nos amis serbes. Où pourraient-ils aller d'autre?", a-t-il continué, en assurant avoir vu "des signes encourageants" d'une possible victoire des forces pro-européennes en Serbie.

Le diplomate en chef de l'UE Javier Solana a lui aussi souligné qu'il ne voyait "pas d'autre possibilité pour la Serbie que d'être dans l'Europe", après la dissolution samedi du gouvernement de coalition dirigé par le nationaliste Vojislav Kostunica.

"J'espère vraiment que (les Serbes) continueront à pousser pour une relation profonde et solide avec l'UE", a indiqué M. Solana.

Plusieurs ministres ont exprimé le même espoir, tout en reconnaissant le "risque" inhérent à de nouvelles élections.

Le Luxembourgeois Jean Asselborn a néanmoins fait valoir que ce risque avait déjà été agité avant l'élection présidentielle serbe du 3 février, malgré tout remportée par le pro-européen Boris Tadic, même s'il n'avait gagné que d'une courte tête (50,3% des suffrages contre 47,9% au candidat ultranationaliste pro-russe Tomislav Nikolic).

Comme l'a expliqué M. Asselborn, les Européens espèrent qu'une victoire des forces pro-européennes permettraient à l'UE et Belgrade d'"à nouveau travailler ensemble" et de signer l'accord de coopération politique proposé fin janvier par Bruxelles à la Serbie, que M. Kostunica avait rejeté en raison du Kosovo.

La Serbie est officiellement brouillée avec l'UE qu'elle tient responsable, avec les Etats-Unis, de la déclaration d'indépendance du Kosovo le 17 février, que Belgrade juge contraire au droit international.

Les grands pays européens - France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie - ont reconnu immédiatement cette indépendance, la jugeant inévitable après le conflit qui a opposé en 1998-1999 forces serbes et Albanais du Kosovo, qui représentent plus de 90% de la population.

Ils ont entraîné dans leur sillage de nombreux autres pays - 16 à ce jour sur les 27 membres de l'UE. Comme la Russie, quelques pays européens sont cependant opposés à une reconnaissance, à commencer par Chypre et l'Espagne.

L'UE a également prévu d'accompagner les premiers pas du Kosovo indépendant, via une mission de 1.900 policiers, juristes et douaniers, amenée à prendre le relais de l'ONU qui gère le Kosovo depuis 1999.

Quelque 17.000 soldats de l'Otan continuent pour leur part à patrouiller le Kosovo, qui devrait rester sous surveillance internationale pendant plusieurs années.

Les ministres devaient lundi faire une évaluation des trois semaines écoulées depuis la déclaration d'indépendance, qui ont vu se multiplier les signes d'instauration d'institutions parallèles, loyales à Belgrade, dans les zones du Kosovo où les Serbes sont majoritaires.

Des policiers serbes ont ainsi abandonné les rangs de la police du Kosovo (KPS), refusant de rester sous le commandement d'une institution d'un nouvel Etat qu'ils ne reconnaissent pas.

Les responsables serbes du nord du Kosovo ont aussi annoncé leur intention d'organiser des élections municipales et régionales comme en Serbie le 11 mai, et de former ensuite un Parlement serbe du Kosovo.

Tout en reconnaissant que la situation était "compliquée", M. Rupel a souligné que le Kosovo était "stable en ce moment" et la situation "meilleure que certains ne le craignaient".
 

Première publication : 10/03/2008

COMMENTAIRE(S)