Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Refugees Welcome" : des citoyens s'organisent pour aider les réfugiés

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le ralentissement de l'activité s'accentue en Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À votre bon cœur ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots justes d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : Près de 80 morts dans des attaques d'islamistes à cheval

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Valls, l'acrobate"

En savoir plus

FOCUS

Italie : à la rencontre des petites mains de "l'or rouge"

En savoir plus

Diminution alarmante du nombre de tigres

Dernière modification : 12/03/2008

Le Fond mondial pour la nature (WWF) estime qu'il ne reste plus que 3 500 tigres dans le monde, contre près de 6 000 il y a cinq ans, ce qui représente un déclin de 60 % sur cette période.

La population de tigres dans le monde a diminué de façon alarmante ces dernières années, a averti mercredi le Fonds mondial pour la nature (WWF), mettant notamment en cause le braconnage de ces félins.
   
"Il reste environ 3.500 tigres à travers le monde", a indiqué à l'AFP Bivash Pandav, spécialiste des tigres du WWF, notant qu'"il y a cinq ans, l'estimation était de 5.500 à 6.000".
   
"La plus grande population est en Inde, elle est désormais estimée à environ 1.400. Il s'agit d'un déclin de 60% si l'on compare avec la précédente estimation qui remonte à 3-4 ans", a mis en garde cet expert en visite en Suède.
   
Il y a cent ans, quelque 40.000 tigres peuplaient le continent indien, note le WWF dans un communiqué.
   
Le braconnage, la destruction de l'habitat naturel de ces félins ainsi que la chasse par l'homme de leurs proies naturelles sont les trois principales causes du déclin, selon M.Pandav.
   
Sur neuf sous-espèces de tigres, trois ont déjà entièrement disparu tandis que les six restantes "sont fortement menacées", selon le WWF.
   
"La situation est assez critique", a estimé M. Pandav.
   
"Le braconnage a principalement lieu pour répondre à la demande d'os de tigres utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise. C'est la raison immédiate du déclin de (la population de) tigres", a-t-il expliqué.
   
Sur le marché chinois, un tigre mort peut valoir "des dizaines de milliers de dollars", selon le WWF.
   
L'habitat naturel des tigres sauvages, la forêt, est détruit par l'homme, un phénomène particulièrement visible "en Asie du sud-est, dans des pays comme l'Indonésie et la Malaisie péninsulaire", selon M. Pandav.
   
L'expert a cependant estimé qu'il y avait "clairement de l'espoir" pour ces félins, notamment parce qu'ils se reproduisent vite.
   
"L'aspect positif, c'est que les tigres ont une résistance incroyable, ce sont des reproducteurs prolifiques. Comme tous les chats, ils mettent au monde un grand nombre de petits, et ils se reproduisent vite", a noté M. Pandav.
   
Mais pour cela, il faut que plusieurs conditions soient réunies: que les tigres disposent de forêt, de nourriture et que leur habitat ne soit pas perturbé.
   
Selon lui, l'une des priorités actuelles pour protéger ces animaux, est "de mettre la pression sur la Chine" pour qu'elle n'autorise pas le commerce de produits dérivés des tigres, actuellement interdit.
   
"Le gouvernement chinois prévoit activement de légaliser ce commerce et s'ils le font, alors, la demande pour les tigres sauvages va augmenter considérablement. Cela sera la mort annoncée pour les tigres sauvages", a-t-il estimé.
   
Il a souligné que les Etats-Unis étaient, après la Chine, le deuxième pays consommateur de produits dérivés de tigres.

Première publication : 12/03/2008

COMMENTAIRE(S)