Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du Code du travail : les ordonnances présentées en Conseil des ministres

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Crise des Rohingya : "Qu'ils nous laissent entrer", plaide le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le FN : Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

L'outre-mer face aux cyclones : "Vous avez beau avoir des normes, pour construire, il faut de l'argent !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir plus pour l’éducation des filles"

En savoir plus

Le salon de la discorde

Dernière modification : 15/03/2008

Le Salon du livre de Paris met à l'honneur la littérature israélienne. Un choix qui n'est pas du goût d'une partie du monde arabe qui boycotte l'événement.

L'Elysée, par la voix de son porte-parole David Martinon, a marqué jeudi son désaccord avec le boycottage par de nombreux pays arabes du Salon du livre, dont l'invité d'honneur est cette année Israël.
  
"Le Salon du livre est un lieu de dialogue qui doit échapper à la polémique", a affirmé M. Martinon, lors de son point de presse hebdomadaire.
  
"Cette année, il coïncide avec la visite d'Etat du président de l'Etat d'Israël. C'est un grand honneur pour le Salon du livre que de compter la présence de Shimon Peres, qui est un grand homme d'Etat et un homme de lettres", a-t-il ajouté.
  
Selon lui, "c'est vraiment une mauvaise méthode que de boycotter un endroit de culture, de rencontre internationale. Ce ne sont pas les livres qui sont à craindre", a-t-il dit.
  
Le président israélien Shimon Peres, qui est arrivé lundi pour une visite d'Etat en France de cinq jours, devait inaugurer jeudi le Salon du livre de Paris, événement culturel dont l'Etat hébreu est l'invité d'honneur, mais qui sera boycotté par de nombreux pays arabes et musulmans.

Première publication : 13/03/2008

COMMENTAIRE(S)