Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Washington renforce les normes de pollution de l'air

Dernière modification : 13/03/2008

L'administration Bush a annoncé un renforcement des normes fédérales de pollution de l'air. Une décision aussitôt dénoncée par les milieux industriels.

L'administration Bush a annoncé mercredi le premier renforcement depuis 1997 des normes fédérales de pollution de l'air, une décision aussitôt dénoncée par les milieux industriels mais aussi par les groupes environnementaux qui la jugent très insuffisante.

Ces nouvelles normes seront déterminantes pour la qualité de l'air que respireront les Américains pendant au moins une décennie et représentent une des décisions les plus importantes en matière d'environnement prises par le président George W. Bush dans sa dernière année à la Maison Blanche.

Il s'agit des "normes (d'ozone) les plus strictes" jamais adoptées, a souligné lors d'une conférence de presse le directeur de l'Agence fédérale de protection de l'environnement (EPA), Stephen Johnson.

Ces normes fixent pour tous les Etats et comtés américains le volume maximum d'oxydes d'azote et d'autres composants chimiques que peuvent émettre les automobiles, les usines et les centrales électriques.

Les nouvelles normes fixent à 75 parts par milliard en volume (PPBV) la teneur maximum autorisée de l'ozone dans l'air contre 80 parts depuis 1997, a précisé l'EPA. Cent PPBV correspondent à une molécule d'ozone pour dix millions d'autres molécules présentes.

L'ozone résulte d'une réaction chimique impliquant les rayons du soleil, la chaleur et des polluants comme surtout les oxydes d'azote. Mélangé avec les fines particules en suspension dans l'atmosphère, il forme le smog qui recouvre souvent les grands centres urbains comme Londres ou Los Angeles.

Le smog irrite les voies respiratoires et peut être dangereux pour les personnes souffrant de maladies cardio-vasculaires et pulmonaires.

Abaisser la teneur autorisée d'ozone à 75 PPBV pourrait se traduire par une diminution de 900 à 1.100 décès prématurés par an ainsi que par une baisse de 1.400 attaques cardiaques non mortelles, selon les estimations de l'EPA.

Cette nouvelle norme devrait aussi permettre de réduire le nombre des hospitalisations de 5.500 par an.

Selon l'agence fédérale, une fois appliqués pleinement, ces nouveaux standards génèreront des gains sur la santé publique allant jusqu'à 19 milliards de dollars par an.

En comparaison, les coûts économiques d'application de ces nouvelles normes se situent entre 7,6 et 8,5 milliards, a calculé l'EPA, qui souligne en même temps les progrès considérables réalisés par les Etats-Unis depuis 1980 pour améliorer la qualité de l'air.

Durant ces 27 dernières années, les niveaux d'ozone au niveau du sol ont diminué de 21%, précise l'agence.

Pour les milieux industriels, cette décision n'a pas de motivation scientifique et aura un impact néfaste sur de nombreuses industries et l'économie en général.

"La décision de l'EPA d'abaisser la norme de teneur d'ozone va inutilement imposer un nouveau fardeau sur les Etats et les industriels alors même qu'ils continuent à s'efforcer de respecter les normes de 1997" et que "des progrès importants ont été accomplis", explique Tom Gibson, directeur de l'American Chemistry Council, l'association des industries chimiques américaines, dans un communiqué.

Pour les groupes de protection de l'environnement, cette décision est au contraire trop timide.

"Cela arrache le coeur une fois de plus que l'EPA ait raté une occasion unique de protéger la santé et le bien-être publique, en ignorant des recommandations unanimes de ses conseillers scientifiques indépendants" pour des normes d'ozone encore plus strictes, a déploré William Becker, directeur de la National Association of Clean Air Agencies, qui représente 48 Etats et 165 collectivités locales.
 

Première publication : 13/03/2008

COMMENTAIRE(S)