Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'"apartheid" de Manuel Valls : un grand mot et des petits remèdes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"emailgate" : "Hillary est sa pire ennemie"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

DÉBAT

La Libye dans le chaos : l'avenir du pays se joue-t-il au Maroc ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En trois ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

DÉBAT

Départementales 2015 : le Parti socialiste doit-il s'inquiéter ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

AOL s'offre Bebo pour 850 millions de dollars

Dernière modification : 14/03/2008

La branche Internet d'AOL-Time Warner a annoncé jeudi l'acquisition du réseau social Bebo, espérant ainsi se faire une place dans l'univers des Facebook et autre MySpace.

NEW YORK/LONDRES - AOL, la branche internet du groupe de médias américain Time Warner, a annoncé jeudi le rachat du site de socialisation Bebo pour 850 millions de dollars (544 millions d'euros) cash.

L'acquisition, qui permet à AOL d'augmenter son offre aux internautes et surtout aux annonceurs, intervient alors que Time Warner a déclarer ne pas exclure l'éventualité d'une scission de sa division internet.

Bebo, détenu jusqu'à présent par des capitaux privés, revendique 40 millions de membres inscrits dans le monde et le titre de premier "réseau social" en Grande-Bretagne, en Irlande ainsi qu'en Nouvelle-Zélande.

Aux Etats-Unis, il se classe au troisième rang derrière MySpace, propriété de News Corp, et Facebook, dont Microsoft est actionnaire minoritaire. Selon le spécialiste indépendant de la mesure de trafic sur internet comScore, Bebo se classait en janvier au huitième rang du classement des sites les plus populaires sur le marché américain.

Ron Grant président d'AOL, a précisé à Reuters lors d'un entretien téléphonique que Bebo était déjà implanté en Pologne et qu'il prévoyait des lancements en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas ou cours des cinq à six prochains mois.

Le rachat de Bebo illustre la volonté d'AOL de s'éloigner de son métier "historique" de fournisseur d'accès à internet pour se transformer en plateforme de vente d'espaces publicitaires.

L'opération est aussi à replacer dans le contexte de l'offre de rachat non sollicitée de Microsoft sur Yahoo. Google, lui, vient de boucler le rachat du spécialiste de la publicité en ligne DoubleClick.

"Bebo sera la pierre angulaire de notre stratégie visant à transformer les expériences en ligne des annonceurs, des entreprises de médias et des consommateurs", a déclaré Randy Falco, P-DG d'AOL.

Pour certains analystes, en dépit des déclarations de Time Warner n'excluant pas un rapprochement entre AOL et un autre acteur du secteur, le rachat de Bebo démontre que le groupe entend faire croître ses activités internet.

"L'acquisition démontre une nouvelle fois l'importance des sites de socialisation pour les grandes marques des médias et d'internet, qui recherchent de nouveaux relais de croissance publicitaire", note Paolo Pescatore, analyste du cabinet britannique CCS Insight.

"Ils représentent une formidable opportunité avec leur accès aux données démographiques et leur capacité de cibler des publics spécifiques."
 

Première publication : 14/03/2008

COMMENTAIRE(S)