Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Les décharges de la mort

Dernière modification : 11/04/2008

Les images des immondices envahissant les trottoirs de Naples ont fait le tour du monde. Pour parer au plus urgent, le gouvernement italien a fait rouvrir des décharges soupçonnées d’abriter des déchets toxiques et radioactifs. (Bruno Gex)

Quand on évoque la Campanie, région du sud de l'Italie, on pense à la baie de Naples, Capri, le Vésuve et des plaines fertiles. La réalité de ce territoire est tout autre aujourd'hui: il croule sous les déchets. Près de 7200 tonnes sont produites chaque jour et se retrouvent depuis 4 mois dans la rue et devant le domicile des habitants de la région.

 

Les images des montagnes d’immondices envahissant les trottoirs de Naples ont fait le tour du monde. Pour parer au plus urgent, le gouvernement italien a fait rouvrir des anciennes décharges soupçonnées d’abriter des déchets toxiques et radioactifs.

 

Comment le verger de l’Italie est-il devenu la poubelle du monde ? La mafia napolitaine est un des acteurs de cette crise sanitaire qui menace la santé des habitants et l’environnement. La Campanie est surnommée le triangle de la mort, car la Camorra y brûle des déchets toxiques en pleine zone urbaine. Elle est payée par les industriels du Nord de l’Italie pour faire disparaître clandestinement des déchets toxiques à bas prix (30 centimes d’euros le kilo de solvants, 2,30 euros les sols contaminés, 15 centimes la terre de cimetière). Pour la mafia qui profite de la flambée des prix et de la spéculation foncière, le marché noir du déchet industriel est aussi lucratif que celui de la drogue.

 

Aujourd’hui en Campanie, il y a 5000 décharges illégales gérées par la Camorra qui contiennent des déchets industriels. Elles sont fermées par la justice car elles sont hautement toxiques et représentent un danger pour la population.

 

C’est le cas de Pianura située dans une localité à l’Est de Naples qui est la plus grande décharge illégale de toute l’Europe. C’est une véritable montagne qui mesure 200 mètres de hauteur, le résultat de l’accumulation de 45 années de déchets industriels. Angelo Defalco est conseiller municipal de Pianura, il a travaillé deux ans comme contrôleur de la décharge. Il a vu s’y déverser les déchets les plus toxiques au monde en provenance de tous les pays. « Ici il y a 40 millions de tonnes de déchets de tous types, des déchets toxiques venus des Etats-Unis, de toute l’Europe. Il y avait aussi des déchets radioactifs qui venaient des centrales nucléaires du Nord de l’Italie », dit-il.

 

Pourtant les autorités ont décidé de rouvrir la zone de stockage de Pianura, ignorant les inquiétudes et la colère des 250 000 habitants qui vivent autour de cette décharge.

Le seul espoir pour la Campanie sont ses sept usines de traitement de déchets urbains, capables de produire de l’électricité à partir de la combustion de déchets. Elles ont été récemment rouvertes après avoir été fermées par la justice, après leur infiltration par la Camorra.

 

Le temps presse, et l’Europe fait pression. Bruxelles menace l’Italie d’une amende journalière de 700 000 euros si elle ne se débarrasse pas de ses ordures au plus vite.

 

 

 

 

Première publication : 14/03/2008

COMMENTAIRE(S)