Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute du prix du pétrole : bonne ou mauvaise nouvelle ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michel Hazanavicius, la vie après "The Artist"

En savoir plus

Les enfants de l'Arche de Zoé rentrent chez eux

Dernière modification : 15/03/2008

Les 103 enfants qui ont failli être envoyés en France par l'Arche de Zoé commencent à retrouver leurs familles. Ils étaient pris en charge depuis octobre à l'orphelinat d'Abéché.

Lisez le carnet de route de notre reporter à N'Djamena, Viriginie Herz

Près de cinq mois après avoir failli être exfiltrés vers la France par L'Arche de Zoé, les 103 enfants pris en charge depuis le 25 octobre à l'orphelinat d'Abéché, dans l'est du Tchad, ont commencé vendredi à regagner leurs villages et retrouver leurs familles.
   
A bord de deux autocars qui ont quitté Abéché dans la matinée, 83 de ces enfants ont parcouru 150 kilomètres de pistes sablonneuses pour arriver à Adré, à la frontière soudanaise, où les attendaient, les larmes aux yeux, leurs parents.
   
"Je remercie Dieu, je n'ai pas vu mes petits pendant plus de quatre mois", a dit à l'AFP Zenaba, la mère de deux enfants confiés à l'association française, dont six membres, condamnés le 26 décembre au Tchad pour "tentative d'enlèvement", purgent une peine de huit ans de prison en France.
   
"Les Blancs demandaient de leur confier des enfants pour les scolariser à l'école à Adré", a assuré le père de deux autres bambins, Yaya Adam, vêtu d'un long boubou blanc.
   
"J'ai souffert pendant près de cinq mois, j'ai dépensé de l'argent pour aller les voir à Abéché. Maintenant j'attends des indemnisations", a-t-il ajouté. "Tout le monde au village m'accuse d'avoir vendu mes enfants, mon honneur est souillé".
   
Les familles n'ont encore rien touché des 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts que doivent leur verser les condamnés.
   
Le président tchadien Idriss Deby Itno s'est dit prêt à accorder la grâce  aux six Français début avril au plus tard, mais a estimé qu'il fallait auparavant trouver "une solution" à la question financière.
   
Un matelas, une moustiquaire ainsi qu'un sac contenant notamment des vêtements ont été donnés à chaque enfant qui a également reçu un vélo avant de regagner son domicile.
   
Dans la matinée, en lançant la "réunification" des familles à Abéché, la représentante de l'Unicef au Tchad Mariam Ndiaye avait assuré que son agence s'engageait "à suivre ces enfants dans leurs familles respectives". Une partie des biens reçus par les petits ont été donnés par l'Unicef.
   
Quatorze autres enfants devaient être acheminés dans les prochains jours vers Tiné-Tchad et Biltine, deux autres localités de l'est tchadien.
   
Cinq petits originaires d'un village soudanais proche de la frontière et un dernier encore non identifié doivent être temporairement confiés au Comité international de la Croix-Rouge (CICR).
   
La quasi-totalité des 81 garçons et 22 filles âgés d'un à onze ans sont originaires du Tchad et ont au moins un parent, selon des enquêtes de l'assistance sociale tchadienne et d'organisations humanitaires internationales.
   
L'Arche de Zoé les présentait à tort comme des orphelins soudanais du Darfour voisin en guerre civile.
   
Bien que la justice tchadienne ait ordonné la "réunification" des familles dès le 26 décembre, les enfants étaient restés jusqu'ici à l'orphelinat d'Abéché, où ils étaient choyés et scolarisés.
   
"Après plus de quatre mois passés à l'orphelinat, je crains que ces enfants, une fois rentrés dans leur famille, ne retrouvent une vie peu agréable", dans leurs villages isolés et dépourvus de tout, a glissé une responsable du site.
   
Les autorités ont déjoué, le 25 octobre à Abéché, l'opération de L'Arche de Zoé, qui était sur le point de faire embarquer dans un Boeing-757 les 103 bambins, attendus en France par des familles d'accueil.
   
A Abéché, la ministre de l'Action sociale Ngarmbatina Carmel Sou IV a "tiré" vendredi "les enseignements" de cette affaire controversée: "Les parents ont été abusés, de fausses promesses ont été faites (...) Pour le gouvernement tchadien, c'est une occasion de voir combien d'enfants sont abandonnés sans scolarité".

Première publication : 14/03/2008

COMMENTAIRE(S)