Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité : vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Bénin : mobilisation générale contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais de "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage : les secrets des hommes de l'ombre dévoilés

En savoir plus

Thierry Henry a le blues

Dernière modification : 14/03/2008

Thierry Henry, attaquant du FC Barcelone, reconnaît avoir des problèmes à s'adapter au jeu catalan et avance des soucis familiaux pour expliquer un nombre de buts moins impressionnant qu'à l'époque où il jouait à Arsenal.

 

Thierry Henry, l'attaquant de Barcelone et de l'équipe de France de football, a attribué à ses problèmes familiaux les difficultés qu'il éprouve à s'adapter au jeu du club catalan. En 19 apparitions cette saison sous le maillot du Barça, Henry a inscrit sept buts.

 "Comme vous le savez tous, j'ai eu des problèmes personnels, et ma fille est l'être le plus important de ma vie. Je ne suis pas heureux parce qu'un père qui n'a vu sa fille que cinq fois au cours des huit derniers mois ne peut pas l'être", a-t-il dit mercredi à la presse. "Si vous savez ce que c'est que d'avoir une fille, vous pouvez comprendre ce que je vis."
 

L'ancien avant-centre d'Arsenal a divorcé l'an dernier, peu après son transfert à Barcelone. Devant la presse, il a affirmé qu'il ne se plaignait pas du positionnement tactique de l'équipe décidé par l'entraîneur, Frank Rijkaard, qui ne le fait pas jouer en pointe comme c'était le cas à Arsenal. "Je ne demande rien au coach, pas plus que je ne me plains de devoir jouer sur l'aile gauche. Je respecte les décisions du coach et j'en attends de même de votre part", a-t-il dit.

Première publication : 14/03/2008

COMMENTAIRE(S)