Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Thierry Henry a le blues

Dernière modification : 14/03/2008

Thierry Henry, attaquant du FC Barcelone, reconnaît avoir des problèmes à s'adapter au jeu catalan et avance des soucis familiaux pour expliquer un nombre de buts moins impressionnant qu'à l'époque où il jouait à Arsenal.

 

Thierry Henry, l'attaquant de Barcelone et de l'équipe de France de football, a attribué à ses problèmes familiaux les difficultés qu'il éprouve à s'adapter au jeu du club catalan. En 19 apparitions cette saison sous le maillot du Barça, Henry a inscrit sept buts.

 "Comme vous le savez tous, j'ai eu des problèmes personnels, et ma fille est l'être le plus important de ma vie. Je ne suis pas heureux parce qu'un père qui n'a vu sa fille que cinq fois au cours des huit derniers mois ne peut pas l'être", a-t-il dit mercredi à la presse. "Si vous savez ce que c'est que d'avoir une fille, vous pouvez comprendre ce que je vis."
 

L'ancien avant-centre d'Arsenal a divorcé l'an dernier, peu après son transfert à Barcelone. Devant la presse, il a affirmé qu'il ne se plaignait pas du positionnement tactique de l'équipe décidé par l'entraîneur, Frank Rijkaard, qui ne le fait pas jouer en pointe comme c'était le cas à Arsenal. "Je ne demande rien au coach, pas plus que je ne me plains de devoir jouer sur l'aile gauche. Je respecte les décisions du coach et j'en attends de même de votre part", a-t-il dit.

Première publication : 14/03/2008

COMMENTAIRE(S)