Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Des rebelles tchadiens menacent le Sud

Dernière modification : 18/03/2008

Les rebelles tchadiens du Rassemblement des forces pour le changement (RFC) ont menacé d'attaquer la région de Doba, au sud, si la France et les Etats-Unis n'obligent pas le président Idriss Déby à dialoguer.

DAKAR, 16 mars (Reuters) - Les rebelles tchadiens du Rassemblement des forces pour le changement (RFC) ont menacé dimanche d'attaquer la région de Doba, zone pétrolifère du sud du pays, si la France et les Etats-Unis ne contraignent pas le président Idriss Déby à dialoguer.      
 

"On peut transporter la guerre au sud (...) si les Américains et les Français ne font pas pression sur Deby pour
ouvrir un dialogue inclusif avec tous les acteurs politiques et militaires", a déclaré à Reuters Timane Erdimi, chef de file du mouvement, joint par téléphone à Khartoum.
 

Le bassin de Doba, où un consortium dirigé par la compagnie américaine Exxon Mobil produit jusqu'à 160.000 barils par jour, pourrait ainsi devenir une cible, a-t-il poursuivi.
 

Le RFC faisait partie de la coalition qui a attaqué N'Djamena au début du mois de février. Les rebelles ont battu en
retraite après avoir assiégé le palais présidentiel pendant deux jours.
 

Cette coalition s'est fissurée depuis sur plan politique, mais Erdimi assure que ses différentes composantes restent
déterminées à coopérer militairement.  "Le gouvernement ne contrôle que N'Djamena et Abéché (dans l'Est), c'est tout", a-t-il souligné.

Première publication : 16/03/2008

COMMENTAIRE(S)