Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Les secouristes albanais fouillent le dépôt d'armes

Dernière modification : 16/03/2008

Au moins neuf personnes ont été tuées dans l'explosion d'un dépôt d'armes à Gradec, près de Tirana. Plus de 100 personnes ont été blessées, une dizaine d'autres sont portées disparues. (Récit P. Paccard)

Cinq personnes ont été tuées et 200 autres blessées samedi par de puissantes explosions dans un dépôt d'armes près de Tirana, la capitale de l'Albanie, qui ont contraint les autorités à évacuer des villages voisins.
   
"Un cinquième mort a été découvert", a déclaré à la presse la porte-parole du Premier ministre Sali Berisha, Juela Meçani.
   
Auparavant, elle avait annoncé que les corps de quatre victimes avaient été  découverts sur le site des explosions, sans pouvoir préciser si ces victimes étaient des Albanais ou des étrangers.
   
Dans l'après-midi, Mme Meçani avait indiqué qu'"il pourrait y avoir des ressortissants étrangers parmi les victimes".
   
"Il y a encore des parties du site de l'incident qui ne sont pas sous contrôle, les explosions se poursuivent et leur intensité par moment est très forte", a-t-elle indiqué.
   
La porte-parole a précisé que 110 personnes se trouvaient sur le site au moment de l'explosion. Des personnes ont été blessées en dehors du site.
   
Des éléments d'unités spéciales de l'armée ont été dépêchés sur place avec des blindés pour secourir les victimes.
   
Mme Meçani a indiqué que les secouristes avaient évacué 25 habitants de la région indemnes qui "s'étaient réfugiés dans un bunker datant de la période communiste".
   
Le ministre albanais de la Santé, Nard Ndoka, a déclaré qu'au moins 200 personnes, des civils pour la plupart, avaient été blessées, dont douze grièvement, selon un nouveau bilan provisoire.
   
"Le nombre de morts est considérable", avait déclaré M. Berisha après une visite à l'hôpital militaire de Tirana, où étaient hospitalisés des dizaines de blessés.
   
La première explosion, très puissante, a eu lieu peu après 12h00 heure locale (11h00 GMT) dans un dépôt d'armes de l'armée albanaise situé à proximité du village de Gerdec, proche de la localité de Vora. Elle a été fortement ressentie à Tirana.
   
Au moment de la première explosion, des experts militaires albanais procédaient au démontage d'obus dans le dépôt. Ils étaient assistés par des employés d'une compagnie américaine sous contrat avec l'OTAN pour aider l'armée albanaise à éliminer ces munitions.
   
L'ambassade des Etats-Unis à Tirana a annoncé dans un communiqué qu'elle apporterait son aide aux autorités albanaises. L'Italie, la Macédoine, la Turquie et le Kosovo ont également offert leur assistance aux autorités de Tirana.
   
Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a téléphoné au Premier ministre Sali Berisha pour lui adresser ses condoléances et offrir l'aide de Paris.
   
Des explosions en série continuaient d'être entendues à intervalles plus ou moins réguliers plus de sept heures après la première déflagration.
   
Le bâtiment de l'aéroport de Rinas-Tirana, situé à un peu plus d'un kilomètre du dépôt, a été endommagés par les déflagrations et fermé pendant plusieurs heures. Il a été rouvert en fin d'après-midi.
   
Les explosions ont été clairement entendues dans la Macédoine voisine.
   
L'intensité du bruit était telle que des dizaines de citoyens se sont adressés à la police macédonienne, pensant qu'un accident s'était produit en Macédoine.
   
Le ministre albanais de la Défense Fatmir Mediu a déclaré à la presse que "100.000 tonnes de munitions datant de l'époque communiste se trouvent en Albanie" et "représentent un grand danger pour la population".

Première publication : 16/03/2008

COMMENTAIRE(S)