Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

Début officiel du mandat de l'Eufor dans l'est du Tchad

Dernière modification : 17/03/2008

L'Eufor Tchad-RCA, la force européenne qui doit sécuriser l'est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine, a annoncé avoir officiellement entamé son mandat d'un an. (Envoyée spéciale : V. Herz)

L'Eufor Tchad-RCA, la force européenne en cours de déploiement dans l'est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine, a annoncé lundi avoir officiellement entamé son mandat d'un an confié par les Nations unies.
   
"Les moyens et unités à présent disponibles ont permis de déclarer officiellement que l'Eufor Tchad-RCA a atteint la +capacité opérationnelle initiale+", selon un communiqué publié par la force de l'Union européenne (UE) à N'Djamena.
   
"Cette déclaration constitue une étape importante, puisqu'elle marque le début effectif des douze mois de mandat de la force", ajoute l'Eufor.
   
Jusqu'ici, quelque 1.700 hommes sont déployés au Tchad (dans l'est et au QG logistique de N'Djamena) ainsi qu'à Birao, dans l'extrême nord-est de la Centrafrique, où quelque 220 soldats français déjà présents sont passés sous commandement de l'Eufor début mars, a-t-on appris de source militaire européenne.
   
La force, qui disposera à terme de 3.700 hommes dont 2.100 Français, a entamé son déploiement en janvier, avec plusieurs mois de retard en raison de laborieuses négociations au sein de l'UE sur les contributions humaines et matérielles.
   
Une offensive rebelle ratée sur N'Djamena début février a encore retardé le déploiement d'une quinzaine de jours.
   
Autorisée par la résolution 1778 adoptée le 25 septembre 2007 par le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Eufor doit notamment protéger dans ces régions les réfugiés soudanais du Darfour voisin, ainsi que les déplacés internes tchadiens et centrafricains, soit plus de 450.000 personnes au total.
   
L'opération européenne va aussi prêter assistance aux 300 instructeurs de la Mission de l'ONU en Centrafrique et au Tchad (Minurcat) chargés de former 850 gendarmes locaux à la sécurisation des camps de réfugiés.
   
Le général français Jean-Philippe Ganascia, qui commande l'Eufor sur le terrain depuis son QG d'Abéché, dans l'est du Tchad, avait affirmé en février à l'AFP qu'il espérait que l'ensemble des troupes soient sur le terrain "fin mai au plus tard", lorsque commencera la saison des pluies, qui rend l'essentiel des voies terrestres impraticables dans la région.
   
Avant même le début officiel de son mandat, l'Eufor a été confrontée à une première crise avec la mort début mars d'un sous-officier des forces spéciales françaises sous le feu de soldats soudanais.
   
Selon Paris, le véhicule à bord duquel il se trouvait "a franchi par inadvertance la frontière entre la République du Tchad et le Soudan" et "les personnes" qui tenaient le point de contrôle placé sur leur route "ont ouvert le feu sans sommation".
   
Côté soudanais, la force mixte ONU-Union africaine (UA) qui doit faire respecter la paix au Darfour, en guerre civile depuis cinq ans, tarde quant à elle à se déployer.

Première publication : 17/03/2008

COMMENTAIRE(S)