Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

FOCUS

Portugal : Économie parallèle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Killer in the cockpit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash de la Germanwings : "le copilote voulait en finir"

En savoir plus

POLITIQUE

"Il y a une vaste gamme de droites radicales en Europe"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’abstention est une forme de rejet du système"

En savoir plus

DÉBAT

Le Yémen dans le chaos : vers une guerre régionale ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Le Yémen dans le chaos : vers une guerre régionale ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'intervention militaire au Yémen bouscule les cours du pétrole

En savoir plus

Israël accueille la chancelière Angela Merkel avec chaleur

Dernière modification : 17/03/2008

La chancelière allemande Angela Merkel s'est rendue en Israël pour une visite officielle de trois jours. Elle a affirmé l'engagement de son pays en faveur de la sécurité en Israël.

Israël a réservé dimanche un accueil exceptionnellement chaleureux à la chancelière allemande Angela Merkel, arrivée pour une visite officielle de trois jours.
   
La chancelière a d'abord été accueillie à son arrivée à l'aéroport international Ben Gourion, près de Tel Aviv, par le Premier ministre israélien Ehud Olmert et d'autres membres du gouvernement, ainsi que les grands rabbins.
   
Remerciant ses hôtes pour leur "accueil chaleureux", Angela Merkel a réaffirmé l'engagement de son pays pour la sécurité d'Israël, évoquant la "responsabilité particulière" de l'Allemagne envers l'Etat juif, en allusion à la Shoah, le génocide nazi de la Seconde guerre mondiale.
   
"Nous savons les menaces qui pèsent sur Israël depuis 60 ans et nous voulons contribuer (...) à parvenir, enfin, à une paix au Proche-Orient basée sur deux Etats, un Etat en Israël pour les juifs et un Etat pour les Palestiniens dans le territoire palestinien", a souligné la chancelière dans une déclaration.
   
M. Olmert a salué pour sa part en Mme Merkel une "alliée stratégique", évoquant son rôle "dans la lutte contre le terrorisme et contre un armement nucléaire de l'Iran".
   
Il s'est félicité des "liens très étroits" entre les deux pays aussi bien sur le plan économique, scientifique que culturel, rappelant que l'Allemagne  est devenue le "deuxième partenaire commercial" d'Israël dans le monde, derrière les Etats-Unis.
   
Après les hymnes nationaux, Angela Merkel a passé en revue un détachement interarmes.
   
Mme Merkel, qui avait effectué un premier voyage en Israël deux mois après son élection en 2005 et une deuxième visite en avril 2007, s'est ensuite rendue en hélicoptère à Sde Boker pour y être reçue par le président d'Israël, Shimon Peres.
   
Ce dernier l'a remerciée à cette occasion des efforts de l'Allemagne pour obtenir le retour "de deux soldats qui avaient été enlevés" en juillet 2006 à la frontière israélo-libanaise, lors d'une attaque du Hezbollah libanais et dont Israël n'a reçu aucun signe de vie depuis.
   
C'est dans ce même kibboutz, dans le désert du Néguev, que David Ben Gourion, premier chef de gouvernement de l'Etat hébreu, avait accueilli le chancelier allemand Konrad Adenauer en 1966.
   
Angela Merkel est accompagnée en Israël de huit de ses principaux ministres qui prendront part à des consultations intergouvernementales, une première entre les deux pays.
   
Lors de cette visite à caractère hautement symbolique, la chancelière sera aussi le premier chef de gouvernement allemand à prononcer, mardi, un discours devant la Knesset, le Parlement israélien.
   
Cet honneur particulier lui a été accordé compte tenu de l'excellence des rapports entre Israël et l'Allemagne sous la direction de la chancelière.
   
Elle doit se rendre lundi au mémorial de Yad Vashem de Jérusalem consacré à la mémoire des six millions de Juifs exterminés par les nazis.
   
Sa visite s'inscrit dans le cadre des festivités marquant le 60e anniversaire de la création d'Israël le 14 mai 1948.
   
Mme Merkel a assuré samedi que l'Allemagne assumerait "toujours" sa responsabilité face au nazisme et à l'Holocauste.
 

Première publication : 17/03/2008

COMMENTAIRE(S)