Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

Décès du réalisateur Anthony Minghella

Dernière modification : 18/03/2008

Le réalisateur britannique Anthony Minghella, récompensé en 1996 par neuf Oscars pour son film "Le patient anglais", est décédé à l'âge de 54 ans. Minghella avait également signé "Le Talentueux M. Ripley" en 2000.

Le réalisateur britannique Anthony Minghella, lauréat d'un Oscar pour le "Patient anglais" en 1996, est mort mardi à l'âge de 54 ans des suites d'un cancer.


Minghella avait été opéré avec succès la semaine dernière à Londres pour soigner un cancer des amygdales. Il a succombé à une hémorragie dans la nuit de lundi à mardi, a expliqué son agent Leslee Dart.


"C'était quelqu'un de vraiment génial, un homme vraiment, vraiment bien, un brillant écrivain, un excellent réalisateur et quelqu'un qui a énormément contribué à notre industrie", a déclaré le producteur David Puttnam.
Minghella avait également signé "Le Talentueux M. Ripley" en 2000, pour lequel il avait été en lice pour l'Oscar du meilleur scénario.


Parmi ses autres films figuraient "Truly, Madly, Deeply" ou encore "Retour à Cold Mountain".

Minghella, père de deux enfants, était marié avec la chorégraphe Carolyn Choa.
 

Première publication : 18/03/2008

COMMENTAIRE(S)