Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : des milices sunnites aident les Peshmergas à lutter contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 2)

En savoir plus

Décès du réalisateur Anthony Minghella

Dernière modification : 18/03/2008

Le réalisateur britannique Anthony Minghella, récompensé en 1996 par neuf Oscars pour son film "Le patient anglais", est décédé à l'âge de 54 ans. Minghella avait également signé "Le Talentueux M. Ripley" en 2000.

Le réalisateur britannique Anthony Minghella, lauréat d'un Oscar pour le "Patient anglais" en 1996, est mort mardi à l'âge de 54 ans des suites d'un cancer.


Minghella avait été opéré avec succès la semaine dernière à Londres pour soigner un cancer des amygdales. Il a succombé à une hémorragie dans la nuit de lundi à mardi, a expliqué son agent Leslee Dart.


"C'était quelqu'un de vraiment génial, un homme vraiment, vraiment bien, un brillant écrivain, un excellent réalisateur et quelqu'un qui a énormément contribué à notre industrie", a déclaré le producteur David Puttnam.
Minghella avait également signé "Le Talentueux M. Ripley" en 2000, pour lequel il avait été en lice pour l'Oscar du meilleur scénario.


Parmi ses autres films figuraient "Truly, Madly, Deeply" ou encore "Retour à Cold Mountain".

Minghella, père de deux enfants, était marié avec la chorégraphe Carolyn Choa.
 

Première publication : 18/03/2008

COMMENTAIRE(S)