Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

L'UE lance Quaero, le Google européen

Dernière modification : 18/03/2008

Bruxelles a mis sur les rails, lundi, son programme pour le développement du moteur de recherche Quaero, présenté comme une alternative à Google. Il sera réalisé par un consortium de 24 partenaires.

Le programme de recherche Quaero, dont l'idée est née en 2005, a été lancé officiellement lundi, une semaine après le feu vert de la Commission européenne à son financement public.
  
Quaero, réalisé par un consortium de 24 partenaires, industriels et universitaires, bénéficiera d'un budget de 200 millions d'euros environ, dont 99 millions d'aides de l'Etat français, a indiqué Jean-Charles Hourcade, directeur général adjoint de la division technologie de Thomson, chef de file du projet, lors d'une conférence de presse.
  
Au total, quelque 300 personnes sont mobilisées sur ce programme, d'une durée de cinq ans.
  
Centré sur les technologies de traitement automatique du texte, de la parole, de la musique, de l'image et de la vidéo, Quaero vise à "apporter un ensemble de réponses" face à l'"explosion du volume d'informations numériques" et à "faciliter l'accès à ces contenus", a-t-il expliqué.
  
Il s'appuiera sur cinq axes, parmi lesquels la numérisation et l'enrichissement des contenus pour les bibliothèques et les éditeurs, la vidéo personnalisée à partir des préférences personnelles et de la publicité ciblée ou encore la recherche multimédias sur internet s'appuyant sur le moteur français Exalead.
  
Quaero est une "occasion unique" pour les entreprises françaises face à des géants "comme Google, Yahoo ou Microsoft, dont les investissements en recherche et développement sont très importants", a souligné François Bourdoncle, co-fondateur d'Exalead.
  
Présenté en 2005 par Jacques Chirac comme une réponse au succès de Google, Quaero ("Je cherche" en latin) tient désormais à se défaire de cette image réductrice: "il n'est pas certain que la définition du consortium Quaero comme un anti-Google résume l'essence du projet", a noté M. Hourcade.
  
A l'origine projet franco-allemand, Quaero avait subi fin 2006 un sérieux revers avec le retrait des industriels allemands qui ont préféré se concentrer sur leur propre programme, Theseus.
  
"La dimension franco-allemande existe toujours, le contact n'a jamais été interrompu", a toutefois assuré le responsable de Thomson, soulignant la présence d'universités d'outre-Rhin dans le consortium.
  

Première publication : 18/03/2008

COMMENTAIRE(S)