Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Dick Cheney en visite surprise en Afghanistan

Dernière modification : 20/03/2008

Le vice-président américain Dick Cheney devait évoquer avec le président Hamid Karzaï la sécurisation de l'Afghanistan, où les actions menées par la guérilla des Taliban sont en recrudescence.

KABOUL - En tournée au Moyen-Orient, le vice-président américain Dick Cheney a fait jeudi à la demande du président George Bush un crochet par l'Afghanistan, où les troupes américaines et leurs alliés ont fort à faire face à la recrudescence de la guérilla des taliban et d'Al Qaïda.

 

La porte-parole du vice-président, Lea Anne McBride, a déclaré que, en prévision du sommet de l'Otan début avril à Bucarest, Cheney évoquerait avec le président Hamid Karzaï les progrès à réaliser sur le chemin de la démocratisation du régime afghan et de la sécurisation du pays, "notamment dans le Sud".

 

 La mission de l'Otan en Afghanistan, qui divise ses pays membres, est considérée par de nombreux spécialistes comme la plus cruciale pour la crédibilité et l'avenir de l'Alliance atlantique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

La Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) sous commandement de l'Otan compte 43.000 hommes, mais les Etats-Unis et le Canada déplorent que certains pays européens, dont la France et l'Allemagne, y contribuent insuffisamment ou refusent d'exposer leurs troupes sur les théâtres d'opération les plus dangereux.

 

Dans le Sud et l'Est, les troupes américaines, britanniques, canadiennes et néerlandaises se heurtent quasi quotidiennement aux taliban, qui se sont juré de multiplier d'étendre cette année leur guérilla à la région - censée être plus sûre - de Kaboul afin de saper la volonté de combattre des troupes de l'Otan et les amener à se retirer du pays.

Première publication : 20/03/2008

COMMENTAIRE(S)