Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radicalisation : un nouveau plan pour sortir de l'impasse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : de l'inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Un hiver dans un vignoble bourguignon

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Agriculture productiviste : "Des modèles alternatifs existent !"

En savoir plus

Dick Cheney en visite surprise en Afghanistan

Dernière modification : 20/03/2008

Le vice-président américain Dick Cheney devait évoquer avec le président Hamid Karzaï la sécurisation de l'Afghanistan, où les actions menées par la guérilla des Taliban sont en recrudescence.

KABOUL - En tournée au Moyen-Orient, le vice-président américain Dick Cheney a fait jeudi à la demande du président George Bush un crochet par l'Afghanistan, où les troupes américaines et leurs alliés ont fort à faire face à la recrudescence de la guérilla des taliban et d'Al Qaïda.

 

La porte-parole du vice-président, Lea Anne McBride, a déclaré que, en prévision du sommet de l'Otan début avril à Bucarest, Cheney évoquerait avec le président Hamid Karzaï les progrès à réaliser sur le chemin de la démocratisation du régime afghan et de la sécurisation du pays, "notamment dans le Sud".

 

 La mission de l'Otan en Afghanistan, qui divise ses pays membres, est considérée par de nombreux spécialistes comme la plus cruciale pour la crédibilité et l'avenir de l'Alliance atlantique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

La Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) sous commandement de l'Otan compte 43.000 hommes, mais les Etats-Unis et le Canada déplorent que certains pays européens, dont la France et l'Allemagne, y contribuent insuffisamment ou refusent d'exposer leurs troupes sur les théâtres d'opération les plus dangereux.

 

Dans le Sud et l'Est, les troupes américaines, britanniques, canadiennes et néerlandaises se heurtent quasi quotidiennement aux taliban, qui se sont juré de multiplier d'étendre cette année leur guérilla à la région - censée être plus sûre - de Kaboul afin de saper la volonté de combattre des troupes de l'Otan et les amener à se retirer du pays.

Première publication : 20/03/2008

COMMENTAIRE(S)