Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Dick Cheney en visite surprise en Afghanistan

Dernière modification : 20/03/2008

Le vice-président américain Dick Cheney devait évoquer avec le président Hamid Karzaï la sécurisation de l'Afghanistan, où les actions menées par la guérilla des Taliban sont en recrudescence.

KABOUL - En tournée au Moyen-Orient, le vice-président américain Dick Cheney a fait jeudi à la demande du président George Bush un crochet par l'Afghanistan, où les troupes américaines et leurs alliés ont fort à faire face à la recrudescence de la guérilla des taliban et d'Al Qaïda.

 

La porte-parole du vice-président, Lea Anne McBride, a déclaré que, en prévision du sommet de l'Otan début avril à Bucarest, Cheney évoquerait avec le président Hamid Karzaï les progrès à réaliser sur le chemin de la démocratisation du régime afghan et de la sécurisation du pays, "notamment dans le Sud".

 

 La mission de l'Otan en Afghanistan, qui divise ses pays membres, est considérée par de nombreux spécialistes comme la plus cruciale pour la crédibilité et l'avenir de l'Alliance atlantique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

La Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) sous commandement de l'Otan compte 43.000 hommes, mais les Etats-Unis et le Canada déplorent que certains pays européens, dont la France et l'Allemagne, y contribuent insuffisamment ou refusent d'exposer leurs troupes sur les théâtres d'opération les plus dangereux.

 

Dans le Sud et l'Est, les troupes américaines, britanniques, canadiennes et néerlandaises se heurtent quasi quotidiennement aux taliban, qui se sont juré de multiplier d'étendre cette année leur guérilla à la région - censée être plus sûre - de Kaboul afin de saper la volonté de combattre des troupes de l'Otan et les amener à se retirer du pays.

Première publication : 20/03/2008

COMMENTAIRE(S)