Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

Mohammed VI gracie un utilisateur de Facebook

Dernière modification : 21/03/2008

Condamné à trois ans de prison pour avoir créé un profil Facebook sous l'identité d'un frère du roi du Maroc, Mohammed VI, un jeune ingénieur a été libéré sur grâce royale.

RABAT - Un informaticien marocain, emprisonné pour avoir créé sur le site internet Facebook un profil au nom du frère de Mohamed VI, a été gracié par le roi et libéré, a annoncé mercredi son avocat.

 

Fouad Mortada, 26 ans, avait été condamné le 23 février à trois ans de prison et 10.000 dirhams (880 euros) d'amende pour avoir falsifié des informations et usurpé l'identité du prince Moulay Rachid sans son consentement.

 

"La libération de Fouad est une victoire pour la justice et la liberté", a commenté son avocat Ali Ammar. "Le roi a fait ce que le tribunal aurait dû faire en premier".

 

Mortada s'était défendu en expliquant qu'il a avait créé ce profil par admiration pour le frère du roi, et non pas pour lui nuire. Pour ses défenseurs, la justice marocaine n'a pas compris que des milliers de personnes créent de faux profils de célébrités sur des sites communautaires comme Facebook.

Première publication : 20/03/2008

COMMENTAIRE(S)