Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Premiers pas des soldats de l'Eufor au Tchad

Dernière modification : 20/03/2008

La force européenne a entamé son mandat d'un an confié par les Nations Unies. L'offensive rebelle avait retardé le déploiement de la force d'une quinzaine de jours. (Récit E. Allain et K. Hakiki)

Le général Ganascia, commandant de la force européenne déployée dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique qui a atteint lundi "sa capacité opérationnelle minimum", a affirmé mercredi que ses hommes répondraient à "toute menace physique".
  
"Toute menace physique ou significative fera l'objet d'une réaction de notre part", a affirmé le général Jean-Philippe Ganascia, commandant sur le terrain de l'Eufor Tchad-RCA, lors d'une conférence de presse à N'Djamena.
  
"Les règles qui nous donnent les limites à agir, ce sont les règles définies par l'ONU" a ajouté le général.
  
Le militaire français a rappelé que l'Eufor avait depuis lundi "atteint la capacité opérationnelle minimum (...) qui permet à l'Union Européenne de déclarer que maintenant la mission de douze mois peut commencer".
  
"A l'heure actuelle, il y a un effectif de 1.750 éléments, représentant onze pays dont la France avec 1.051" hommes, a précisé le Général Ganascia.
  
Concrètement, l'Eufor va désormais effectuer "des patrouilles aussi bien à pied qu'en véhicules sur un rayon de 50 à 60 Km tout autour des positions des éléments de l'EUFOR" pour sécuriser les zones, a-t-il poursuivi.

Première publication : 20/03/2008

COMMENTAIRE(S)