Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" serait déprogrammé du FESPACO

En savoir plus

FOCUS

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

En savoir plus

FOCUS

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

En savoir plus

FOCUS

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

En savoir plus

FOCUS

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En savoir plus

FOCUS

Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fumio Kishida , ministre des Affaires étrangères du Japon

En savoir plus

POLITIQUE

"Le vrai problème, c’est le fonctionnement de l’État grec"

En savoir plus

Premiers pas des soldats de l'Eufor au Tchad

Dernière modification : 20/03/2008

La force européenne a entamé son mandat d'un an confié par les Nations Unies. L'offensive rebelle avait retardé le déploiement de la force d'une quinzaine de jours. (Récit E. Allain et K. Hakiki)

Le général Ganascia, commandant de la force européenne déployée dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique qui a atteint lundi "sa capacité opérationnelle minimum", a affirmé mercredi que ses hommes répondraient à "toute menace physique".
  
"Toute menace physique ou significative fera l'objet d'une réaction de notre part", a affirmé le général Jean-Philippe Ganascia, commandant sur le terrain de l'Eufor Tchad-RCA, lors d'une conférence de presse à N'Djamena.
  
"Les règles qui nous donnent les limites à agir, ce sont les règles définies par l'ONU" a ajouté le général.
  
Le militaire français a rappelé que l'Eufor avait depuis lundi "atteint la capacité opérationnelle minimum (...) qui permet à l'Union Européenne de déclarer que maintenant la mission de douze mois peut commencer".
  
"A l'heure actuelle, il y a un effectif de 1.750 éléments, représentant onze pays dont la France avec 1.051" hommes, a précisé le Général Ganascia.
  
Concrètement, l'Eufor va désormais effectuer "des patrouilles aussi bien à pied qu'en véhicules sur un rayon de 50 à 60 Km tout autour des positions des éléments de l'EUFOR" pour sécuriser les zones, a-t-il poursuivi.

Première publication : 20/03/2008

COMMENTAIRE(S)