Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

Vifs accrochages dans le sud de la Thaïlande

Dernière modification : 27/03/2008

Les violences entre les séparatistes et l'armée thaïlandaise, qui ont fait près de 3 000 victimes en quatre ans, ont gagné en intensité ces derniers jours. (Reportage : C. Payen, S. Kane, G. Cragg)

Deux policiers et un rebelle présumé ont trouvé la mort, vendredi, lors d'une opération dans un village du sud, islamisé, de la Thaïlande où l'agitation séparatiste a fait près de 3.000 victimes en quatre ans.
 

Selon les autorités, les deux policiers - un bouddhiste et un musulman - ont été abattus lors d'un raid au domicile d'un maquisard présumé à Yala, l'une des quatre provinces du sud du royaume en proie à la violence.
 

Par la suite, l'armée et la police ont donné l'assaut à la maison et tué un musulman âgé de 25 ans.
 

L'opération fait suite à des accrochages, mercredi, entre les forces de l'ordre et des rebelles soupçonnés d'avoir tué un
commerçant bouddhiste de 70 ans.
 

Après plusieurs mois d'accalmie relative, ces incident marquent une résurgence de la violence dans ces anciens
sultanats malais annexés par la Thaïlande, majoritairement bouddhiste, il y a un siècle.

Première publication : 22/03/2008

COMMENTAIRE(S)