Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

L'Algérie refuse de rouvrir sa frontière avec le Maroc

Dernière modification : 27/03/2008

La frontière entre les deux pays est fermée depuis quatorze ans. Le Sahara occidental reste le principal sujet de désaccord. (Récit K. Yahiaoui)

L'Algérie a repoussé samedi un appel du Maroc en faveur de la réouverture de leur frontière terrestre fermée depuis quatorze ans, réaffirmant qu'une telle initiative devait s'inscrire dans un accord global sur l'avenir du Maghreb.

 

L'Algérie avait fermé la frontière en 1994 après que Rabat eut imposé la délivrance de visas aux ressortissants algériens dans un climat de tension entre les deux voisins du Maghreb.

 

Les dirigeants algériens ont affirmé à diverses reprises que la frontière resterait fermée jusqu'à ce que les deux pays concluent un ensemble d'accords, notamment sur le conflit du Sahara occidental.

 

"Le problème de la circulation aux frontières ne peut être dissocié d'une approche globale de ce que nous voulons faire de notre Maghreb", a déclaré le ministre algérien de l'Intérieur Noureddine Yazid Zerhouni à l'agence officielle APS.

 

"Il ne s'agit pas de construire un Maghreb où les uns gagnent et les autres perdent. Le Maghreb ne se limite pas seulement au Maroc et à l'Algérie. Il faut que tous les peuples qui se trouvent dans cet ensemble trouvent leurs places", a-t-il poursuivi.

 

Les Maghrébins "sont pour une démarche unitaire, cohérente et complémentaire", a ajouté le ministre.

 

Jeudi, le ministère marocain des Affaires étrangères avait invité Alger à normaliser les relations bilatérales et à rouvrir la frontière. Il soulignait la volonté de Rabat "d'ouvrir une page nouvelle dans les relations entre les deux pays voisins, tenant compte de leur passé commun et de leur destin partagé".

 

La fermeture de la frontière est un frein aux échanges commerciaux à travers le Maghreb, région de 80 millions d'habitants allant de la Mauritanie à la Libye.

 

Le Maroc a pris le contrôle de la plus grande partie du Sahara occidental en 1975, année où s'en est retirée l'Espagne, ancienne puissance de tutelle. Il s'en est suivi un conflit armée entre Rabat et les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par Alger, qui a duré jusqu'à la conclusion d'un cessez-le-feu sous l'égide de l'Onu en 1991.

 

Rabat tente de persuader le Polisario d'accepter un plan aux termes duquel le Sahara occidental, territoire riche en phosphates, en pêcheries et en réserves potentielles de pétrole offshore, deviendrait une région autonome du Maroc.

 

Le Polisario préconise l'organisation d'un référendum parmi les Sahraouis avec une option sur l'indépendance.

Première publication : 23/03/2008

COMMENTAIRE(S)