Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

L'Algérie refuse de rouvrir sa frontière avec le Maroc

©

Dernière modification : 27/03/2008

La frontière entre les deux pays est fermée depuis quatorze ans. Le Sahara occidental reste le principal sujet de désaccord. (Récit K. Yahiaoui)

L'Algérie a repoussé samedi un appel du Maroc en faveur de la réouverture de leur frontière terrestre fermée depuis quatorze ans, réaffirmant qu'une telle initiative devait s'inscrire dans un accord global sur l'avenir du Maghreb.

 

L'Algérie avait fermé la frontière en 1994 après que Rabat eut imposé la délivrance de visas aux ressortissants algériens dans un climat de tension entre les deux voisins du Maghreb.

 

Les dirigeants algériens ont affirmé à diverses reprises que la frontière resterait fermée jusqu'à ce que les deux pays concluent un ensemble d'accords, notamment sur le conflit du Sahara occidental.

 

"Le problème de la circulation aux frontières ne peut être dissocié d'une approche globale de ce que nous voulons faire de notre Maghreb", a déclaré le ministre algérien de l'Intérieur Noureddine Yazid Zerhouni à l'agence officielle APS.

 

"Il ne s'agit pas de construire un Maghreb où les uns gagnent et les autres perdent. Le Maghreb ne se limite pas seulement au Maroc et à l'Algérie. Il faut que tous les peuples qui se trouvent dans cet ensemble trouvent leurs places", a-t-il poursuivi.

 

Les Maghrébins "sont pour une démarche unitaire, cohérente et complémentaire", a ajouté le ministre.

 

Jeudi, le ministère marocain des Affaires étrangères avait invité Alger à normaliser les relations bilatérales et à rouvrir la frontière. Il soulignait la volonté de Rabat "d'ouvrir une page nouvelle dans les relations entre les deux pays voisins, tenant compte de leur passé commun et de leur destin partagé".

 

La fermeture de la frontière est un frein aux échanges commerciaux à travers le Maghreb, région de 80 millions d'habitants allant de la Mauritanie à la Libye.

 

Le Maroc a pris le contrôle de la plus grande partie du Sahara occidental en 1975, année où s'en est retirée l'Espagne, ancienne puissance de tutelle. Il s'en est suivi un conflit armée entre Rabat et les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par Alger, qui a duré jusqu'à la conclusion d'un cessez-le-feu sous l'égide de l'Onu en 1991.

 

Rabat tente de persuader le Polisario d'accepter un plan aux termes duquel le Sahara occidental, territoire riche en phosphates, en pêcheries et en réserves potentielles de pétrole offshore, deviendrait une région autonome du Maroc.

 

Le Polisario préconise l'organisation d'un référendum parmi les Sahraouis avec une option sur l'indépendance.

Première publication : 23/03/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)