Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

La grippe aviaire frappe l'Egypte

Dernière modification : 24/03/2008

Avec 43 victimes en Egypte depuis 2006, une campagne d'information a été lancée sur la grippe aviaire : 13 000 éducatrices sillonent le pays et font de la prévention. (Reportage : Y. Saadoun, V. Hazou, K. El Fawwaal, H. El Zahawy)

En décembre dernier, la grippe aviaire faisait sa 19è victime en Egypte. Fardousse Kandil, une jeune femme de 35 ans a perdu la vie en quelques heures après avoir contracté le virus H5N1 au contact de volailles élevées dans son foyer.

L'ignorance est la première raison de sa mort. Elle n'avait en effet pas identifié le mal et le temps de consulter un médecin, il était déjà trop tard. Depuis 2006, 43 personnes ont été contaminées par le virus, 39 d'entre elles avaient des volailles à la maison. En Egypte, c'est autant un mode de vie qu'une source de revenus essentielle.

Pour lutter contre la progression de la maladie, le gouvernement égyptien en partenariat avec l'Unicef et le gouvernement japonais a entrepris d'expliquer aux habitants des campagnes quelles précautions prendre pour éviter de contracter la maladie. Pour cela, 13000 éducatrices parcourent chaque jour la campagne égyptienne allant de maison en maison.

Le gouvernement ne pouvant interdire les élevages domestiques en raison de leur importance économique (un poulet sur quatre est produit dans les foyers), il faut faire prendre conscience aux Egyptiens que ce qui assure leur subsistance peut aussi les tuer.
 

Première publication : 24/03/2008

COMMENTAIRE(S)