Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Intensification des combats au Mali

Dernière modification : 29/03/2008

Les combats se poursuivent entre les rebelles touaregs et l’armée malienne, au Nord-Est du Mali, près de la frontière algérienne. Le bilan s'alourdit des deux côtés. (Reportage : F.-X. Freland)

Après plusieurs jours de combats entre les rebelles touaregs et l’armée malienne près de la frontière algérienne, le bilan des victimes continue d’augmenter des deux côtés, suscitant une inquiétude croissante sur le sort des deux otages autrichiens, que l’on pense retenus dans la région. Les otages, Wolfgang Ebner, 51 ans, et Andrea Kloiber, 44 ans, ont été kidnappés en Tunisie par Al-Qaïda au Maghreb islamique, un groupe affilié à celui d’Oussama ben Laden.
 
Le colonel Abdoulaye Coulibaly, un porte-parole des forces armées maliennes, a confirmé que les rebelles avaient capturé plusieurs soldats. Néanmoins, le président Amadou Toumani semble minimiser la crise. Lors de l'enregistrement d'une émission de RFI  sur le thème de la jeunesse, il n’a pas soufflé un mot sur ce conflit.

De nombreux civils touaregs utilisent Internet ou la presse pour critiquer les combats.

Parmi les chefs touaregs de Kidal, certaines voix s’élèvent pour ramener les uns et les autres à la table des négociations. Ainsi Rhissa Ag Ratbou : "Depuis les accords derniers signés entre l'alliance touareg et le gouvernement malien, je pense qu'il n'y a plus lieu honnêtement de se révolter. Et la seule révolte à laquelle je donne du sens et que je trouve logique est la lutte politique. Car je ne pense pas qu'il faille éternellement se révolter à coups de cartouches."

Néanmoins, la plupart des rebelles, à l’image de leur chef, Ibrahim Ag Bahanga, apparaissent plus déterminés que jamais à poursuivre le combat.
 
Les rebelles demandent au gouvernement malien le respect des accords de paix signés à Alger, en juin 2006, qui devaient assurer le développement économique de la région, ainsi qu'une plus grande décentralisation.
 

Première publication : 24/03/2008

COMMENTAIRE(S)