Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

Le film anti-islam de Wilders interdit d'Internet

Dernière modification : 24/03/2008

Le site réservé pour diffuser le film anti-islam "Fitna", du député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders, a été suspendu par le fournisseur d'accès Internet américain Network Solution.

Le fournisseur d'accès internet américain Network Solution a suspendu le site réservé par le député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders pour diffuser son film anti-islam "Fitna" ("La discorde" en arabe), selon un message publié sur ce site dimanche.

"Network Solutions a reçu un certain nombre de plaintes qu'il est en train d'examiner concernant ce site", précise le fournisseur d'accès dans son message.

En réaction, Geert Wilders a indiqué dimanche à l'agence de presse ANP qu'il voulait toujours mettre le film "sur internet rapidement". Il n'a pas précisé comment il comptait s'y prendre.

Il a également souligné qu'il ne permettrait à personne de voir le film avant sa diffusion.

Jusqu'à dimanche, le site (www.fitnathemovie.com) montrait la couverture d'un Coran sur fond noir avec le texte : "Prochainement: Fitna".

Le fournisseur d'accès indique qu'il est en train de vérifier si le site respecte ses règles de diffusion.

Le député néerlandais Geert Wilders avait annoncé sa volonté de mettre en ligne avant le 1er avril un film attaquant l'islam et le Coran malgré les mises en garde de divers groupes religieux et politiques estimant que la diffusion du film est susceptible de soulever une vague violente de protestations à travers le monde.

Les "règles d'utilisation" du site du fournisseur d'accès américain Network Solutions interdisent de mettre en ligne, entre autres, "tout produit susceptible de violer une loi en vigueur", y compris des produits qui impliquent une forme de harcèlement, diffusent une propagande haineuse, profèrent des menaces ou constituent un danger de quelque nature que ce soit.

Le fournisseur d'accès indique également qu'un site peut être suspendu pour des raisons techniques.

Geert Wilders a répété à plusieurs reprises que le contenu de son film ne violait pas la législation des Pays-Bas.

Une association musulmane néerlandaise, la Fédération islamique néerlandaise (NIF), a demandé vendredi en référé un examen préalable du film et demandé au tribunal de La Haye de désigner des experts pour visionner ce film, afin de déterminer s'il y avait des motifs pour l'interdire.

Le tribunal doit statuer le 28 mars.

Les autorités néerlandaises ont déjà dit que la loi interdisait toute censure préalable, et qu'une interdiction n'était possible qu'en cas de délit comme l'incitation à la haine raciale.

Le gouvernement a tenté par deux fois, en vain, de convaincre Geert Wilders de renoncer à son projet, redoutant une crise comparable à celle qu'a provoquée la publication par la presse danoise de caricatures de Mahomet.

Première publication : 24/03/2008

COMMENTAIRE(S)