Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Le film anti-islam de Wilders interdit d'Internet

Dernière modification : 24/03/2008

Le site réservé pour diffuser le film anti-islam "Fitna", du député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders, a été suspendu par le fournisseur d'accès Internet américain Network Solution.

Le fournisseur d'accès internet américain Network Solution a suspendu le site réservé par le député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders pour diffuser son film anti-islam "Fitna" ("La discorde" en arabe), selon un message publié sur ce site dimanche.

"Network Solutions a reçu un certain nombre de plaintes qu'il est en train d'examiner concernant ce site", précise le fournisseur d'accès dans son message.

En réaction, Geert Wilders a indiqué dimanche à l'agence de presse ANP qu'il voulait toujours mettre le film "sur internet rapidement". Il n'a pas précisé comment il comptait s'y prendre.

Il a également souligné qu'il ne permettrait à personne de voir le film avant sa diffusion.

Jusqu'à dimanche, le site (www.fitnathemovie.com) montrait la couverture d'un Coran sur fond noir avec le texte : "Prochainement: Fitna".

Le fournisseur d'accès indique qu'il est en train de vérifier si le site respecte ses règles de diffusion.

Le député néerlandais Geert Wilders avait annoncé sa volonté de mettre en ligne avant le 1er avril un film attaquant l'islam et le Coran malgré les mises en garde de divers groupes religieux et politiques estimant que la diffusion du film est susceptible de soulever une vague violente de protestations à travers le monde.

Les "règles d'utilisation" du site du fournisseur d'accès américain Network Solutions interdisent de mettre en ligne, entre autres, "tout produit susceptible de violer une loi en vigueur", y compris des produits qui impliquent une forme de harcèlement, diffusent une propagande haineuse, profèrent des menaces ou constituent un danger de quelque nature que ce soit.

Le fournisseur d'accès indique également qu'un site peut être suspendu pour des raisons techniques.

Geert Wilders a répété à plusieurs reprises que le contenu de son film ne violait pas la législation des Pays-Bas.

Une association musulmane néerlandaise, la Fédération islamique néerlandaise (NIF), a demandé vendredi en référé un examen préalable du film et demandé au tribunal de La Haye de désigner des experts pour visionner ce film, afin de déterminer s'il y avait des motifs pour l'interdire.

Le tribunal doit statuer le 28 mars.

Les autorités néerlandaises ont déjà dit que la loi interdisait toute censure préalable, et qu'une interdiction n'était possible qu'en cas de délit comme l'incitation à la haine raciale.

Le gouvernement a tenté par deux fois, en vain, de convaincre Geert Wilders de renoncer à son projet, redoutant une crise comparable à celle qu'a provoquée la publication par la presse danoise de caricatures de Mahomet.

Première publication : 24/03/2008

COMMENTAIRE(S)