Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Blair prône une nouvelle stratégie pour Gaza

Dernière modification : 26/03/2008

Tony Blair, représentant du Quartette pour le Proche-Orient, a plaidé pour une "stratégie qui permette à la population de retrouver de l'espoir" à Gaza, sans se prononcer sur un possible dialogue avec le Hamas.

Tony Blair, le représentant du Quartette pour le Proche-Orient, a plaidé mardi à Bruxelles pour "une stratégie différente" à Gaza, sans dire s'il était favorable à un dialogue avec le Hamas avec lequel Européens et Américains refusent tout contact.
   
"S'il y a une chose que nous avons apprise ces derniers mois, c'est que la stratégie à Gaza ne marche pas", a déclaré M. Blair devant les eurodéputés du groupe de travail sur le Moyen-Orient au Parlement européen à Bruxelles.
   
"Nous avons besoin d'une stratégie qui isole les extrémistes et encourage la population et pour le moment, si on ne fait pas attention, on pourrait arriver à la situation inverse: un isolement de la population et un encouragement aux extrémistes", a-t-il ajouté.
   
L'ancien Premier ministre britannique, nommé il y a neuf mois envoyé spécial du Quartette (UE, USA, Russie, ONU), n'a cependant pas dit s'il était temps de mettre fin à l'isolement du mouvement radical palestinien Hamas qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin 2007, affaiblissant encore un peu plus l'autorité du président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas.
   
Européens et Américains refusent tout contact avec le Hamas qui figure sur leur liste d'organisations terroristes.
   
Si le Hamas "disait qu'il reconnaît l'existence d'Israël et qu'il renonce à la violence", "il pourrait facilement être inclus dans les négociations" de paix, a souligné M. Blair.
   
"Nous ne pouvons pas dire comme ça, +Incluons le Hamas dans les pourparlers+", a-t-il ajouté en notant qu'il avait appris pendant les négociations qui ont mis fin aux violences en Irlande du Nord qu'on doit "avancer avec une des parties sans jamais perdre l'autre partie".
   
Mais il a néanmoins répété qu'il fallait "commencer par Gaza".
   
Il faut voir "comment on peut arriver à une meilleure stratégie, plus juste, qui retire le poison qui a été créé et qui permette à la population de retrouver un peu d'espoir", "une stratégie qui permette aux marchandises et aux services d'arriver à Gaza et à certains points de passage d'être rouverts, sinon il n'y aura absolument aucun changement" sur le terrain, a-t-il ajouté.
   
Plus généralement, M. Blair a estimé que la communauté internationale, et les Européens en particulier, devait aider le gouvernement palestinien dirigé par Fayyad à mettre en place des réformes, et pas seulement en lui donnant de l'argent.
   
"Les Palestiniens doivent comprendre qu'ils gèrent un Etat, pas juste un groupe de pression", a-t-il souligné, en expliquant que tant que l'Autorité palestinienne n'arriverait pas à assurer la sécurité dans les territoires elle n'aurait pas la crédibilité nécessaire à une avancée des négociations avec les Israéliens.
   
Quant aux Israéliens, ils doivent "alléger le fardeau" que constitue pour les Palestiniens la multitude de contrôles de sécurité, notamment routiers, et qui empêchent la circulation des marchandises et des personnes.
   
"Il doit y avoir un changement dans l'attitude israélienne: ils ne peuvent pas juste être assis là à se dire: +s'il faut qu'il y ait un Etat (palestinien), qu'il y en ait un+. Ils doivent vraiment aider les Palestiniens en leur donnant les libertés et le soutien nécessaire à la création d'un Etat".
 

Première publication : 26/03/2008

COMMENTAIRE(S)