Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

La grève des céréaliers argentins se durcit

Dernière modification : 26/03/2008

En Argentine, la grève des producteurs de céréales, qui dure depuis deux semaines, commence à peser sur l'approvisionnement alimentaire. (Récit : C. Molle-Laurençon et A. Etcheverry)

BUENOS AIRES, 26 mars (Reuters) - La présidente argentine
Cristina Fernandez a refusé mardi de renoncer à taxer plus
fortement les exportations de céréales après deux semaines de
grève des exploitants qui commence à peser sur
l'approvisionnement alimentaire.

   

Les producteurs opposés à cette mesure bloquent des routes
et paralysent les marchés céréaliers et ils ont promis de
poursuivre leur mouvement "aussi longtemps que nécessaire".

  

La chef de l'Etat a répondu que le secteur agricole était
l'un des plus rentables du pays et a défendu la politique de son
gouvernement.

"Je ne vais pas me soumettre au chantage. Je comprends les
intérêts du secteur mais je veux qu'ils sachent que je suis la
présidente de tous les Argentins", a-t-elle déclaré dans un
discours à Buenos Aires, s'exprimant pour la première fois
publiquement depuis le début du conflit.

  

Peu après son allocution, plusieurs milliers d'habitants de
la capitale ont manifesté dans les rues leur soutien aux
agriculteurs en frappant sur des casseroles et beaucoup se sont
rassemblés sur la place de Mai.

 

"Je suis très triste d'entendre la présidente inciter à la
division comme jamais. Son seul projet est la confrontation", a
déclaré une femme interrogée par la télévision locale.

  

La grève a commencé le 13 mars et des magasins commencent à
signaler une réduction de leurs livraisons de boeuf et de
certains produits laitiers.

L'Argentine est l'un des premiers producteurs au monde de
soja, de maïs, de blé et de boeuf.

 

Le mouvement des céréaliers marque l'apogée d'une querelle
vieille de trois ans entre le gouvernement et le lobby agricole,
qui s'oppose à la politique de maîtrise de l'inflation par les
restrictions aux exportations ou le contrôle des prix.

 

Le gouvernement utilise la taxe sur les exportations de
céréales pour augmenter les revenus de l'Etat, alors que le prix
des matières premières est exceptionnellement élevé, et pour
réduire le fort taux d'inflation.

 

Le ministre de l'Economie Martin Lousteau a souligné que la
politique gouvernementale, de maintien du peso à un faible
niveau notamment, avait bénéficié au secteur agricole.

 

"Les agriculteurs ne disent pas un mot des mesures (...)
dont ils profitent", a-t-il dit à la radio argentine.

Première publication : 26/03/2008

COMMENTAIRE(S)