Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : les enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Le professeur Job demande pardon

Dernière modification : 26/03/2008

Pour la première fois, le professeur Jean-Claude Job, prévenu central du procès de l'hormone de croissance, a "demandé pardon", en précisant toutefois que "la plupart des décisions ont été collégiales".

Le professeur Jean-Claude Job, ancien président de l'association France Hypophyse et prévenu central du procès de l'hormone de croissance a, pour la première fois, "demandé pardon" mercredi en s'adressant à la première des familles de victimes venue témoigner à la barre.

Le professeur Job, 85 ans, a pris la parole après les témoignages des parents de Nicolas Guillemet, mort en 1991 à l'âge de 13 ans : "J'ai gardé le souvenir ineffaçable, et qui revient souvent, de Nicolas sur sa chaise (roulante) devant mon bureau. J'ai toujours, en moi-même, demandé pardon à Dieu. Je demande pardon à M. et Mme Guillemet", a-t-il dit.

Alors qu'une autre famille vient de témoigner, le professeur Job prend à nouveau la parole: "Je ne vais pas recommencer à chaque famille de patient à le dire. Je prends part à leur malheur".

Mais il nuance aussitôt : "Je n'ai pas tout fait. Je n'ai pas agi sans contrôle, sans réflexion. La plupart des décisions ont été collégiales. Je n'en dirai pas plus".

Le tribunal correctionnel de Paris a commencé mercredi d'entendre les familles des victimes de l'hormone de croissance raconter la lente agonie de leurs enfants, morts de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ).

Trop petits, ces enfants avaient été traités dans les années 80 avec une hormone de croissance qui n'était pas encore synthétique, comme aujourd'hui, mais fabriquée à partir de l'hypophyse, une glande crânienne que l'on prélevait sur les cadavres dans les hôpitaux.

Et c'est parce que certaines glandes étaient infectées que 111 jeunes sont morts à ce jour de la MCJ, que trois en souffrent et que des centaines d'autres vivent avec la peur d'être atteints un jour par cette maladie dont l'incubation peut être très longue.

"Cette maladie, on n'en meurt pas en un seul jour. C'est une maladie longue, longue, longue, qui fait beaucoup souffrir l'entourage", raconte la mère de Nicolas Guillemet.

"On nous a incités à prendre le traitement. Ils nous ont dit que le médicament était fabriqué par l'Institut Pasteur. Alors, nous, avec ce label là, on a eu confiance", dit-elle.

En 1985, lorsque le premier décès est détecté aux Etats-Unis, les parents de Nicolas vont voir le docteur Micheline Gourmelen, l'une des sept prévenus. "Nous lui faisons part de notre angoisse, mais elle nous rassure et nous dit : ne vous inquiétez pas : en France, nous avons une méthode performante".

Pourtant, les premiers symptômes apparaissent chez Nicolas. "Il est de plus en plus fatigué, je le récupère souvent à l'infirmerie du collège".

Auparavant, le président Olivier Perrusset avait dressé la longue liste des symptômes qui s'aggravent durant l'agonie de Nicolas : "parole saccadée, pensée engluée... incontinent, ne tient pas debout, ne peut plus tenir sa tête...paralysie de la déglutition, trouble de conscience, perte du contact...encéphalogramme plat, grabataire... aucun contat...".

 

Première publication : 26/03/2008

COMMENTAIRE(S)