Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar, nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration: tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

Le film anti-islam de Wilders diffusé sur Internet

Dernière modification : 28/03/2008

Le député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders a mis sur Internet son film anti-islam, "Fitna". L'annonce du film a déjà suscité des menaces contre les Pays-Bas. (Reportage N. Ransom)

"Fitna" (en arabe : division et discorde au sein de l'islam), le film du député néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders, visible sur Internet depuis jeudi 19h, a provoqué la colère de plusieurs pays musulmans comme l'Iran ou l'Egypte ; tandis que de nombreuses associations musulmanes néerlandaises ont déjà appelé les fidèles au calme.


Cette vidéo de quinze minutes mélange des passages du Coran, des images d'archives des attentats du 11 septembre, de Madrid et de Londres, avec des atrocités comme celles d'un homme se faisant décapiter.

 

Nicolas Ransom, envoyé spécial de FRANCE 24 à Amsterdam, raconte que depuis la mise en ligne de la vidéo aux Pays-Bas, "tout le monde ne parle plus que de cela".

    
Ce film très controversé a provoqué d'importantes réactions, notamment autour du Parlement, à La Haye, où "barrières, policiers et mesures de sécurité importantes" ont été mis en place pour contenir la mobolisation générale.
Dès hier soir, le gouvernement néerlandais a lui aussi réagi en précisant qu'il dénonçait "littéralement les propos de Geert Wilders et son film".
     

Les médias se sont aussi emparés du phénomène : "la presse titre exclusivement sur ce dossier, et hier soir, la télévision tournait en boucle l'interview de Geert Wilders ", rapporte Nicolas Ransom.
 

Pour plus d'informations sur le buzz.

Première publication : 27/03/2008

COMMENTAIRE(S)