Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Londres reconnaît des actes de torture en Irak

Dernière modification : 27/03/2008

Le gouvernement britannique va admettre des violations aux droits de l'homme à l'encontre d'un prisonnier irakien mort en 2003, Baha Moussa.

Le gouvernement britannique va reconnaître des violations aux droits de l'Homme de Baha Moussa, un prisonnier civil irakien, mort en Irak en 2003 alors qu'il était détenu par les troupes britanniques, a annoncé jeudi le ministre de la Défense.
  
Dans une déclaration écrite aux députés britanniques, Des Browne a également indiqué que le ministère allait admettre des violations aux droits humanitaires de huit autres Irakiens qui ont lancé une procédure civile devant la justice au Royaume-Uni.
  
Cette reconnaissance ouvrira la voie au versement de compensations financières à la famille de Baha Moussa et des huit autres hommes.
  
Baha Moussa, 26 ans, est décédé en septembre 2003 alors qu'il était détenu par les Britanniques. Le père de ce réceptionniste d'un hôtel de Bassorah (sud de l'Irak) avait récupéré son corps "littéralement couvert de sang et de blessures".
  
En avril 2007, le caporal Donald Payne, 35 ans, est devenu le premier militaire britannique reconnu coupable de crimes de guerre, après avoir plaidé coupable de "traitement inhumain" pour des violences ayant abouti à la mort de Baha Moussa. Il a été condamné à un an de prison et renvoyé de l'armée.
  
Dans la même affaire, six autres militaires ont bénéficié d'un non-lieu.
  
Les Law Lords, la plus haute instance judiciaire du Royaume-Uni, ont estimé en juin 2007 que la Convention européenne des droits de l'Homme (CEDH) devait être respectée par les troupes britanniques opérant à l'étranger.
  
M. Browne a indiqué jeudi que le gouvernement allait admettre des "violations substantielles" à la CEDH qui protège le droit à la vie et interdit la torture.
  
Le secrétaire d'Etat aux Forces armées Bob Ainsworth a ajouté que des "mauvais traitements" avaient été infligés par une "très petite minorité" des 120.000 soldats britanniques qui ont servi en Irak depuis mars 2003.
  
"Je regrette profondément les actions d'un très petit nombre de soldats et je présente mes sincères excuses et ma sympathie à la famille de Baha Moussa et aux autres huit détenus irakiens", a-t-il précisé, condamnant les actions des des soldats ayant commis les maltraitances.

Première publication : 27/03/2008

COMMENTAIRE(S)