Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

Equateur-Colombie : la frontière invisible

Dernière modification : 28/03/2008

La frontière entre la Colombie et l’Equateur est une zone hors de contrôle, sanctuaire des FARC. Le gouvernement colombien accuse l’Equateur de soutenir la guérilla et les narcotrafiquants. (Reportage : H. Frade, C. Vanier)

 

L’impuissance de l’armée équatorienne

 

Quelques jours seulement après l’attaque du campement de Raul Reyes, l’armée équatorienne annonce la découverte d’un gros laboratoire de cocaïne. Une prise de guerre qui prête à une bonne opération de communication.

 

L’armée équatorienne accompagne l’équipe de FRANCE 24 dans ce laboratoire. Tout l’attirail nécessaire à la fabrication de la cocaïne se trouve encore dans ces installations camouflées. Dans leur fuite, les trafiquants ont même laissé derrière eux une partie de la production.

 

Impossible de connaître le nombre exact de laboratoires de cocaïne dans ce Far West amazonien. Traqués en Colombie, les trafiquants ont trouvé refuge chez leurs voisins.

 

Les militaires équatoriens se doutent que le laboratoire est directement géré par les FARC : "Les FARC dominent la frontière et savent quand ils peuvent la traverser. Ils se mettent en civil et nous, on ne peut pas savoir qui ils sont. Ce peut être des gens du coin, des narcotrafiquants, des guérilleros…n’importe qui", explique un militaire
 

La population prise entre deux feux

Côté équatorien de la frontière, dans le village de Puerto Nuevo, la population à majorité colombienne soutient la guérilla de gré ou de force. Beaucoup de paysans ont fui les violences de l’autre du côté Colombien. Ils ont tout perdu avec les fumigations des champs de coca. La Colombie a fait de l’éradication du narcotrafic une priorité.

  
Mais dans ce coin de forêt vierge, travailler la coca semble être une fatalité, voire une activité comme une autre.

 
La Colombie traque désormais la guérilla et le narcotrafic au-delà de ses frontières. Pourtant, des champs de coca colombiens se trouvent bien du côté colombien de la frontière, juste au bord du fleuve délimitant les deux pays, le San Miguel.

 

L’un de ces champs appartient à Henrique. Ce vieil homme est l’un de ces innombrables petits cultivateurs au long de la rivière. Avec ses neuf garçons, il cultive un hectare de coca qui lui rapporte chaque année près de 2 000 dollars. Les prix sont imposés par les acheteurs.

 
La coca lui rapporte à peine de quoi faire vivre sa nombreuse famille. Henrique ne comprend pas pourquoi le gouvernement veut éradiquer ses cultures : "La guérilla ne protège personne. La guérilla se bat contre le gouvernement, qui vient par ici et nous dit à nous les paysans : vous aussi vous êtes des guérilleros. Mais nous qui travaillons ici sur ces terres, d’où sommes-nous des guérilleros ?"

 

Comme Henrique, ils sont des milliers, à la frontière entre l’Equateur et la Colombie à vivre de la coca, au beau milieu des affrontements entre FARC et militaires. Entre deux feux, entre deux rives.

Première publication : 28/03/2008

COMMENTAIRE(S)