Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Fourniret amené de force devant les juges

Dernière modification : 29/03/2008

Au deuxième jour de son procès, le tueur en série présumé Michel Fourniret a dû être amené de force au tribunal. Il avait, la veille, refusé de parler pendant l'audience. (Reportage : P. Robert).

Michel Fourniret a reçu vendredi un très ferme rappel à l'ordre de l'avocat général qui l'a sommé d'"arrêter ses pitreries grotesques" et assuré que le tueur en série présumé serait chaque jour, "amené de force" à son procès s'il le fallait.
   
Devant la cour d'assises des Ardennes, l'avocat général Francis Nachbar a réagi vigoureusement au refus de l'accusé de comparaître spontanément dès le deuxième jour du procès, ce qui a forcé le président de la cour Gilles Latapie a faire usage de la contrainte comme la loi l'y autorise.
   
"En tant que ministère public, je représente la société et la société ne permettra pas que l'on soit soumis à vos caprices et à vos humeurs", a lancé M. Nachbar à l'attention de Michel Fourniret qui avait fait planer dès jeudi la menace d'un "boycott" du procès.
   
"Arrêtez cette indécence insupportable, ces grossièretés, arrêtez une fois pour toutes ces pitreries grotesques!", a ajouté l'avocat général d'une voix forte.
   
Me Pierre Blocquaux, un des avocats de Fourniret, a expliqué lors d'une suspension d'audience que son client avait refusé d'être extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de Charleville-Mézières, "donc on lui a fait sommation comme la loi le prévoit".
   
"Quand le GIPN vous demande de faire quelque chose, généralement... vous le faites", a ajouté l'avocat, sous-entendant que l'accusé n'avait pas opposé de résistance.
   
Michel Fourniret, qui aura 66 ans le 4 avril, est jugé depuis jeudi pour sept meurtres de jeunes femmes ou adolescentes, précédés de viols ou tentatives, des crimes qu'il a reconnus, commis en France et en Belgique entre 1987 et 2001.
   
Son épouse Monique Olivier, 59 ans, dont il est séparé dans le box par deux policiers, est accusée aussi d'un des meurtres et de complicité dans plusieurs autres affaires. Tous deux encourent la réclusion à perpétuité.
   
Alors que cette dernière est restée inexpressive, l'attitude de son époux avait focalisé l'attention dans la salle d'audience dès l'ouverture des débats jeudi. Il avait brandi un écriteau annonçant qu'il garderait la "bouche cousue" faute de huis clos.
   
Emboîtant le pas aux avocats des parties civiles qui avaient immédiatement fustigé cette attitude, Francis Nachbar a mis en garde vendredi le "manipulateur" Michel Fourniret.
   
"Vous ne manipulerez plus personne! (...) Tous les jours M. Fourniret vous serez au procès, on vous amènera de force", a-t-il déclaré en fixant l'accusé qui est resté sans réaction.
   
Une comparution sous la contrainte aux assises obéit à des règles précisément énoncées par les article 319 à 322 du Code de procédure pénale. "Si l'accusé n'obtempère pas à la sommation, le président peut ordonner qu'il soit amené par la force devant la cour", selon l'article 320.
   
Francis Nachbar a également coupé court au voeu de huis clos en exigeant que les audiences en public soient maintenues, ce que "les familles supportent", mais que Michel Fourniret "refuse par lâcheté".
   
Dans la matinée, en marge du procès, quelque 180 avocats ont manifesté au palais de justice de Charleville pour réclamer le retrait du décret sur la création des pôles de l'instruction dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.
   
L'audience qui était encore consacrée à la lecture de l'acte d'accusation a été écourtée pour leur permettre de profiter de la forte présence médiatique sur place.
   
Les débats devaient se poursuivre à partir de 14H00. Le procès doit durer jusqu'à fin mai.
 

Première publication : 28/03/2008

COMMENTAIRE(S)