Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Le sommet de Damas en partie boycotté

Dernière modification : 29/03/2008

La Syrie accueille le sommet de la Ligue arabe que boycottent le Liban, l'Arabie saoudite, l'Egypte et la Jordanie en raison des ingérences syriennes au Liban. (Récit : P. Paccard)

Les dernières déclarations de responsables syriens et libanais confirment, si besoin était, le malaise qui secoue et la Ligue et le monde arabe alors que se tient à Damas le sommet de la Ligue arabe, en l'absence notamment du roi Abdallah d'Arabie Saoudite et du président égyptien Hosni Moubarak.

 

Vendredi après-midi, le Premier ministre libanais Fouad Siniora a justifié lors d’une déclaration télévisée l'absence du Liban au sommet par "les interventions répétées de la Syrie dans les affaires internes du Liban". Siniora a ouvertement reproché à la Syrie d'avoir "empêché l'élection du candidat du consensus, le général Michel Sleiman, à la tête du Liban" en remplacement d'Emile Lahoud, dont le mandat a expiré en novembre dernier. Depuis cette date, son gouvernement gère les affaires courantes du pays.

 

Le Premier ministre libanais a appelé à une réunion urgente des ministres arabes des Affaires étrangères afin de discuter de la "détérioration des relations syro-libanaises". Ce à quoi le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a répondu : "Je n'ai pas le temps d'écouter le message" que Fouad Siniora doit adresser au sommet de la Ligue arabe. Le Liban a décidé mercredi dernier de ne pas assister au sommet de la Ligue arabe, mais d’envoyer un message qui sera lu à l’attention des participants pour expliquer la position libanaise vis-à-vis de ce que ses dirigeants appellent « le blocage syrien » dans le pays du Cèdre.

 

Le chef de la diplomatie syrienne, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Damas, regrettera plus loin que le président français Nicolas Sarkozy joigne "sa voix à celles qui demandent le boycott du sommet arabe et de s'ingérer ainsi dans les affaires internes arabes".

 

Lors de sa visite d’Etat mercredi et jeudi à Londres, le président français Nicolas Sarkozy avait en effet approuvé la décision de l'Egypte et de l'Arabie saoudite d'envoyer au sommet arabe samedi et dimanche à Damas des délégations de moindre rang pour protester contre l'ingérence de la Syrie au Liban.
 

Première publication : 28/03/2008

COMMENTAIRE(S)