Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Mumia Abu-Jamal pourrait quitter le couloir de la mort

Dernière modification : 28/03/2008

La justice américaine a confirmé la condamnation du journaliste noir Mumia Abu-Jamal pour le meurtre d'un policier blanc en 1981, mais a ouvert la voie à une révision de sa peine.

PHILADELPHIE, 27 mars (Reuters) - La Cour d'appel fédérale de Philadelphie a confirmé jeudi la condamnation du journaliste noir Mumia Abu-Jamal pour le meurtre d'un policier blanc en 1981, mais a ouvert la voie à une révision de la peine de mort prononcée en première instance.
 

Symbole de la lutte contre la peine capitale, Abu-Jamal a toujours nié ce meurtre et s'estime victime d'un complot ourdi par la police de Philadelphie, réputée pour sa brutalité, qu'il avait épinglée dans de nombreux reportages, l'accusant notamment de corruption.
 

Ses partisans, dont Amnesty International et l'archevêque sud-africain Desmond Tutu, jugent que son procès a été entaché de racisme.
 

La cour d'appel a autorisé jeudi la justice de Pennsylvanie à commuer sa peine en prison à vie ou à organiser dans les six mois une nouvelle audience pour en définir une nouvelle.
 

Les avocats d'Abu-Jamal, qui réclamaient un nouveau procès, ont l'intention de contester ce verdict et de saisir le Cour suprême, si nécessaire.

Première publication : 28/03/2008

COMMENTAIRE(S)