Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

Le Liban au centre des discussions

Dernière modification : 30/03/2008

La Syrie accueille le sommet de la Ligue arabe que boycottent le Liban, l'Arabie Saoudite, l'Egypte et la Jordanie en raison des ingérences syriennes au Liban. Beyrouth justifie son absence de la réunion. (Récit : A. Dupuis)

Le sommet arabe de Damas s'est ouvert en l'absence du Liban et de dirigeants arabes qui réprouvent le rôle de la Syrie dans la crise politique libanaise.

 

Le président syrien, Bachar el Assad, a assuré dans son discours d'ouverture que la Syrie était disposée à coopérer à la résolution de cette crise.

 

Vendredi après-midi, le Premier ministre libanais Fouad Siniora a justifié lors d’une déclaration télévisée l'absence du Liban au sommet par "les interventions répétées de la Syrie dans les affaires internes du Liban".
    
Siniora a ouvertement reproché à la Syrie d'avoir "empêché l'élection du candidat du consensus, le général Michel Sleiman, à la tête du Liban" en remplacement d'Emile Lahoud, dont le mandat a expiré en novembre dernier. Depuis cette date, son gouvernement gère les affaires courantes du pays.

 

Le Premier ministre libanais a appelé à une réunion urgente des ministres arabes des Affaires étrangères afin de discuter de la "détérioration des relations syro-libanaises". Ce à quoi le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a répondu : "Je n'ai pas le temps d'écouter le message" que Fouad Siniora doit adresser au sommet de la Ligue arabe.
      
Le Liban a décidé mercredi dernier de ne pas assister au sommet de la Ligue arabe, mais d’envoyer un message qui sera lu à l’attention des participants pour expliquer la position libanaise vis-à-vis de ce que ses dirigeants appellent "le blocage syrien" dans le pays du Cèdre.

 

Le chef de la diplomatie syrienne, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Damas, regrettera plus loin que le président français Nicolas Sarkozy joigne "sa voix à celles qui demandent le boycott du sommet arabe et de s'ingérer ainsi dans les affaires internes arabes".

 

Lors de sa visite d’Etat mercredi et jeudi à Londres, le président français Nicolas Sarkozy avait en effet approuvé la décision de l'Egypte et de l'Arabie saoudite d'envoyer au sommet arabe samedi et dimanche à Damas des délégations de moindre rang pour protester contre l'ingérence de la Syrie au Liban.
 

Première publication : 29/03/2008

COMMENTAIRE(S)