Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

Affaire de la banderole : une enquête est ouverte

Dernière modification : 31/03/2008

Le parquet de Bobigny a annoncé, lundi, l'ouverture d'une enquête pour "provocation à la haine ou à la violence", dans l'affaire de la banderole injurieuse déployée en finale de la Coupe de la Ligue PSG-Lens.

Longue d’une quarantaine de mètres, la banderole a été exhibée au début de la seconde mi-temps, avant d’être retirée par le service d’ordre. Elle s’en prenait, en des termes insultants, aux gens du Nord, les Ch’tis, qualifiés de "pédophiles, chômeurs et consanguins".
   

En butte au danger de la relégation en Ligue 2, le club parisien est contraint de gérer, bien malgré lui, les dommages collatéraux de cette nouvelle affaire aux allures de scandale. L’insulte, jugée gravissime, a entaché la fête parisienne et placé le club au centre d’un véritable procès moral.

 

Plus grave encore, la possible perte de points en championnat qu'encourt le PSG. Le club parisien, 19ème au classement avec une journée de retard, se rapprocherait encore plus de la relégation en D2. La jurisprudence va en ce sens. Le 27 mars, le FC Metz s'est vu retirer un point au classement par la Ligue de football professionnel après les insultes racistes proférées par un supporteur messin à l'encontre d'un joueur de Valenciennes.

 

Organisateur de la compétition de samedi soir, la Ligue nationale de football a choisi de ne pas rester de marbre face à cette "banderole lamentable". L’institution porte plainte, lundi, pour "incitation à la haine et à la violence". Les deux clubs finalistes ont décidé de s’y associer.

   

Sans attendre, le parquet de Bobigny – juridiction compétente pour le territoire du Stade de France – a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire pour "provocation à la haine ou à la violence". Les investigations sont destinées à retrouver les auteurs et porteurs de la banderole. Ces derniers risquent un an d’emprisonnement et 15.000 d’euros d’amende.
  

"Idendifier les auteurs de l'infraction"  

  

Confiée à la sûreté départementale, l’enquête a été diligentée sur la base du code du sport qui prévoit, dans son article L332-6, de réprimer toute "provocation à la haine ou à la violence" lors des manifestations sportives. La justice a chargé les enquêteurs de réunir tous les éléments matériels – enregistrements vidéos et photos – afin d’ "identifier les auteurs de l’infraction ".

   

Dès dimanche, le club avouait sa « honte » par la voix de ses responsables. Le président Alain Cayzac présentait, sur le plateau de France 2 Foot, ses excuses au RC Lens et aux gens du Nord. Sébastien Bazin, président de Colony Capital, l’actionnaire majoritaire du club, se prononce en faveur de l’exclusion définitive des auteurs du forfait de la galerie parisienne. "Les gens qui ont fait ça, je n’en veux plus au PSG. Je n’en veux plus à vie", a-t-il dit à la presse.

  

L’affaire de la banderole replace au cœur du débat l’attitude d’une partie du "kop" parisien. Depuis une quinzaine d’années, des groupuscules de supporters multiplient les actes violents, racistes et xénophobes, au grand dam des dirigeants du club et des instances footballistiques françaises.

  

Le quotidien sportif L’Equipe a jugé le coup de samedi suffisamment grave pour pointer, à pleine page, la « gangrène » du PSG et dénoncer, sans concession, "la mouvance nauséabonde du supportérisme parisien". A l’unisson, les éditorialistes de la presse parisienne et de province dénoncent l’incapacité des Parisiens à faire le "grand ménage " dans leurs tribunes.
 

Première publication : 31/03/2008

COMMENTAIRE(S)