Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Les restes du vol AH5017 d’Air Algérie retrouvés dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Déby gracie les membres de L'Arche de Zoé

Dernière modification : 31/03/2008

Le président tchadien Idriss Déby a accordé la grâce aux six Français de L'Arche de Zoé, condamnés pour avoir tenté d'enlever 103 enfants tchadiens en octobre 2007. (Récit : P. Godart)

Le président tchadien Idriss Déby a signé, lundi, un décret graciant les six Français membres de l'association humanitaire L'Arche de Zoé, condamnés au Tchad pour avoir tenté d'exfiltrer 103 enfants vers la France. Dans un second décret, Déby a également accordé la grâce au Tchadien Mahamat Dagot, un chef de quartier de Tiné, ville frontalière du Soudan, condamné à quatre ans de prison pour "complicité de tentative d'enlèvement d'enfants".

 

Le 28 mars, le Conseil supérieur de la magistrature tchadien avait émis un "avis favorable" à la demande de grâce des six Français.

 

« Beaucoup d’observateurs de la vie politique au Tchad, mais aussi les gens dans la rue, voient la grâce présidentielle accordée par Idriss Déby comme une contrepartie de l’aide apportée au gouvernement tchadien par [le président français] Nicolas Sarkozy pendant l’attaque des rebelles sur N’Djamena », commente Virginie Herz, journaliste à FRANCE 24 et envoyée spéciale au Tchad pendant les affrontements entre les rebelles et les forces gouvernementales.

 

Dans l’émission "Le Talk de Paris" du 7 mars, le président tchadien avait déjà affirmé qu'il était prêt à considérer toute demande de grâce formulée par la France. Il avait toutefois précisé que la libération des détenus ne pourrait être considérée avant que la question des compensations financières soit réglée. Un point sur lequel le gouvernement français a pris ses distances, assurant qu’il ne paierait pas les quelque 6  millions d’euros de dommages et intérêts que les membres de L’Arche de Zoé devaient verser aux familles des victimes en application de la décision de justice prononcée contre eux.

 

Les six Français avaient été arrêtés le 25 octobre 2007 à Abéché, principale ville de l'est du Tchad, alors qu'ils s'apprêtaient à faire embarquer à bord d'un avion 103 enfants tchadiens, présentés à tort comme des orphelins de la région soudanaise voisine du Darfour.

 
 
Après la justice tchadienne, la justice française
  

Ils avaient été condamnés le 26 décembre à N'Djamena pour "tentative d'enlèvement d'enfants" et transférés deux jours plus tard en France, où leur peine de huit ans de travaux forcés avait été commuée en peine de huit ans de prison, conformément au droit français. Le 28 janvier dernier, le tribunal de Créteil, en région parisienne, avait prononcé une peine de substitution de huit ans de prison. Leurs avocats avaient alors fait appel du jugement et l'audience avait été fixée au 14 avril devant la cour d'appel de Paris.

 

Outre leur condamnation par la justice tchadienne, les six membres de L'Arche de Zoé sont également mis en cause dans une procédure judiciaire française, pour "exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en vue d'adoption", "aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France" et "escroquerie".

 

Quatre d'entre eux, le président de l'association, Eric Breteau, sa compagne, Emilie Lelouch, le médecin de l'équipe, Philippe Van Winkelberg, et le logisticien Alain Péligat ont été mis en examen dans ce dossier.

 

Mais pour l'un des avocats de L’Arche de Zoé, Maître Collard, cette instruction « n’a plus rien à voir.  Il n’y a pas de mesures d’incarcérations à la clef. On va pouvoir se défendre comme on veut », précise-t-il. Selon lui, la remise en liberté des membres de L’Arche de Zoé est « une question d’heures ».

Première publication : 31/03/2008

COMMENTAIRE(S)