Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony Pictures : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

Les membres de l'Arche de Zoé sortent de prison

Dernière modification : 01/04/2008

Les six membres de l'association l'Arche de Zoé, graciés lundi par le président tchadien Idriss Déby, ont été relâchés le soir même à la prison de Fresnes. (Récit : P. Godart)

 

Quelques heures après la grâce présidentielle accordée par le président tchadien Idriss Déby, les six membres de l’association L’Arche de Zoé ont été libérés.

  

Le président de l’association, Eric Breteau, et sa compagne, Emilie Lelouch, ont effectué « une sortie en toute discrétion » de la prison de Fresnes, en région parisienne, où ils étaient incarcérés, selon Nicolas Ransom, journaliste de FRANCE 24 présent sur place.

  

Une libération précédée par celles de trois autres membres de l’équipe. Les logisticiens Dominique Aubry et Alain Péligat ont quitté les prisons de Caen et de Villenauxe-la-Grande, et le médecin Philippe Van Winkelberg celle de Draguignan, dans le Var.

  

Seule l’infirmière du groupe, Nadia Merimi, dont la levée d’écrou a été également prononcée, ne rentrera pas chez elle. Elle devrait pour l’instant rester hospitalisée à Villejuif, à Paris, où elle avait été transférée dès son retour en France, en état d'épuisement.

 

Plus tôt dans la journée de lundi, le président tchadien Idriss Déby avait signé un décret graciant les six Français membres de L'Arche de Zoé, condamnés au Tchad pour avoir tenté d'exfiltrer 103 enfants vers la France.

 

Dans un second décret, Déby a également accordé la grâce au Tchadien Mahamat Dagot, un chef de quartier de Tiné, ville frontalière du Soudan, condamné à quatre ans de prison pour "complicité de tentative d'enlèvement d'enfants".

 

Le 28 mars, le Conseil supérieur de la magistrature tchadien avait émis un "avis favorable" à la demande de grâce des six Français, sans poser de conditions ni demander de contrepartie.

 

« Beaucoup d’observateurs de la vie politique au Tchad, mais aussi les gens dans la rue, voient la grâce présidentielle accordée par Idriss Déby comme une contrepartie de l’aide apportée au gouvernement tchadien par [le président français] Nicolas Sarkozy pendant l’attaque des rebelles sur N’Djamena », commente Virginie Herz, journaliste à FRANCE 24 et envoyée spéciale au Tchad pendant les affrontements entre les rebelles et les forces gouvernementales.

 

Dans l’émission "Le Talk de Paris" du 7 mars, le président tchadien avait déjà affirmé qu'il était prêt à considérer toute demande de grâce formulée par la France. Il avait toutefois précisé que la libération des détenus ne pourrait être considérée avant que la question des compensations financières soit réglée. Un point sur lequel le gouvernement français a pris ses distances, assurant qu’il ne paierait pas les quelque 6  millions d’euros de dommages et intérêts que les membres de L’Arche de Zoé devaient verser aux familles des victimes en application de la décision de justice prononcée contre eux.

 

Les six Français avaient été arrêtés le 25 octobre 2007 à Abéché, principale ville de l'est du Tchad, alors qu'ils s'apprêtaient à faire embarquer à bord d'un avion 103 enfants tchadiens, présentés à tort comme des orphelins de la région soudanaise voisine du Darfour.

 
 

Après la justice tchadienne, la justice française

  

Ils avaient été condamnés le 26 décembre à N'Djamena pour "tentative d'enlèvement d'enfants" et transférés deux jours plus tard en France, où leur peine de huit ans de travaux forcés avait été commuée en peine de huit ans de prison, conformément au droit français. Le 28 janvier dernier, le tribunal de Créteil, en région parisienne, avait prononcé une peine de substitution de huit ans de prison. Leurs avocats avaient alors fait appel du jugement et l'audience avait été fixée au 14 avril devant la cour d'appel de Paris.

 

Outre leur condamnation par la justice tchadienne, les six membres de L'Arche de Zoé sont également mis en cause dans une procédure judiciaire française, pour "exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en vue d'adoption", "aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France" et "escroquerie".

 

Quatre d'entre eux, le président de l'association, Eric Breteau, sa compagne, Emilie Lelouch, le médecin de l'équipe, Philippe Van Winkelberg, et le logisticien Alain Péligat ont été mis en examen dans ce dossier.

 

Mais pour l'un des avocats de L’Arche de Zoé, Maître Collard, cette instruction « n’a plus rien à voir.  Il n’y a pas de mesures d’incarcération à la clef. On va pouvoir se défendre comme on veut », précise-t-il.

Première publication : 01/04/2008

COMMENTAIRE(S)