Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Réouverture du point de passage de la rue Ledra

Dernière modification : 04/04/2008

A Nicosie, les autorités chypriotes grecques ont rouvert le point de passage symbolique, après l'avoir fermé quelques heures pour protester contre la présence de la police chypriote turque dans le secteur. (Récit : K. Yahiaoui)

 

NICOSIE - Chypriotes grecs et turcs ont rouvert jeudi matin la rue Ledra, au coeur de Nicosie, symbole de la partition de l'île divisée depuis 1974.

 

Les quelque 80 mètres de la rue fermée depuis 1963 ont été rouverts aux piétons à 9h27 précises (06h27 GMT) au cours d'une modeste cérémonie à laquelle participaient des représentants du gouvernement de la République de Chypre (grecque), des autorités chypriotes turques et de l'Onu.

 

Le démantèlement des parois métalliques qui bloquaient la principale artère commerçante du centre historique de la ville était hautement symbolique alors qu'un changement de dirigeants laisse entrevoir une relance des négociations.

 

"Nous savons tous que la réouverture de la rue Ledra ne signifie pas la fin du problème de Chypre. Il reste encore beaucoup de travail à accomplir", a averti Elizabeth Spehar, qui dirige la mission des Nations unies à Chypre, lors de la cérémonie.

 

"Mais cette ouverture, a-t-elle ajouté, nous donne un aperçu de ce qui est possible."

 

Signe de la persistance des tensions, dans la soirée, la présence de policiers de la partie turque dans le no man's land a aussitôt entrainé la fermeture de la rue, finalement rouverte deux heures plus tard.

 

"Le point de passage est maintenant rouvert et les termes de l'accord ont été rétablis (...) Nous avons obtenu l'assurance que cela ne se reproduirait plus", a déclaré Stefanos Stefanou, au nom du gouvernement chypriote grec.

 

Chypre est divisée depuis 1974, lorsque la Turquie a envahi le nord de l'île en réponse à un coup d'Etat.

 

Le mois dernier, les dirigeants chypriotes grecs et turcs sont convenus de reprendre les discussions sur la réunification, quatre ans après le rejet par les électeurs chypriotes grecs d'un projet présenté par l'Onu.

 
 
 

"UN JOUR, TOUT CELA SERA TERMINÉ"

 

Des collaborateurs du président chypriote (grec) Demetris Christofias, élu en février, et de Mehmet Ali Talat, dirigeant de la République turque de Chypre du Nord (RTCN) uniquement reconnue par Ankara, ont entamé des entretiens préparatoires.

 

"En ouvrant cette rue, nous espérons que s'ouvrira aussi la voie vers une solution au problème de Chypre", a dit George Iacovou, collaborateur de Christofias. "C'est un événement historique, un petit pas, mais un pas très important", a dit Ozdil Nami, représentant Talat.

 

Les premières barricades sont apparues rue Ledra (Lokmaci pour les Turcs) en 1958 à l'initiative de Chypriotes turcs qui refusaient que les membres de leur communauté fréquentent des commerces appartenant à des Grecs.

 

Démantelées en 1960, elles ont été à nouveau érigées en 1963. L'invasion de 1974 en a fait un symbole fort de la division chypriote.

 

Longue d'un millier de mètres, dont 800 dans la partie grecque et 150 dans la partie turque, la rue Ledra est perpendiculaire à la "ligne verte", zone tampon patrouillée par l'Onu qui divise Nicosie suivant un axe Est-Ouest.

 

Ces derniers jours, des ingénieurs chypriotes des deux parties de l'île ont oeuvré pour que la circulation des piétons puisse être rétablie sur ces 80 mètres de maisons et d'immeubles délabrés.

Plusieurs centaines de Chypriotes grecs et turcs ont assisté à la réouverture de la rue. "Je n'ai pas dormi de la nuit. Je vais aller à l'église Saint-Loukas (ndlr, dans la partie turque) pour allumer un cierge", s'est réjouie Loukia Skordi Salidou, 65 ans, qui vit côté grec. "Ma génération est en train de disparaître, Dieu merci, j'aurai assisté à cela de mon vivant."

 

De l'autre côté, Sencan Yesilada, 44 ans, confiait sa joie mais aussi ses regrets de devoir utiliser son passeport pour franchir la rue. "Un jour, tout cela sera terminé et lorsque nous le dirons à nos enfants, ils ne nous croiront pas."

Première publication : 04/04/2008

COMMENTAIRE(S)