Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : il sera "très difficile" de récupérer les corps des victimes

    En savoir plus

  • En images : les damnés de Gaza

    En savoir plus

  • Gaza : nouvelles tractations diplomatiques prévues samedi à Paris

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

Les surendettés du microcrédit

Dernière modification : 16/04/2008

Au Bangladesh, nos correspondants ont pu constater que le microcrédit n'avait guère amélioré la situation des plus pauvres, désormais pris dans la spirale du surendettement. (Reportage : C. Henry, N. Haque, S. Daguerressar)

Le microcrédit a changé la vie de Shobi Rani. Cette bangladaise sillonne désormais les campagnes du nord pour vendre ses yaourts. Il y a trois mois, elle a emprunté 500 euros à la Grameen Bank de Mohammed Yunus, prix Nobel de la paix en 2006, et a monté sa petite entreprise de laitage. Son succès est éclatant et lui permet de gagner correctement sa vie tout en remboursant son crédit. Un conseiller de la Grameen Bank la conseille chaque semaine et n’hésite pas à mettre en avant sa réussite pour vanter les mérites de sa banque.
 

La Grameen Bank est aujourd’hui un empire présent dans plus d’une centaine de pays et attire les investisseurs du monde entier. Le "social business" a le vent en poupe, les plus grands groupes mondiaux s’y intéressent désormais. C’est d'ailleurs le groupe Danone qui fournit Shobi Rani, la vendeuse de yaourt.

 
Mais la situation est loin d’être aussi brillante à Kalihati, l’un des premiers villages à avoir bénéficié des emprunts de la Grameen Bank. Les habitants qui ont contracté un crédit ne peuvent pas rembourser ce qu’ils doivent et prétendent se faire harceler par les représentants de la banque de Mohammed Yunus. Des méthodes que confirme Korshed Alom, un ancien collecteur de dettes, qui a été mis en retraite anticipé, pour avoir remis en question les pratiques de la Grameen Bank : "La technique c’est de faire peur aux gens, de les insulter. On leur dit de vendre leurs habits, qu'ils n'ont pas le choix. Je ne suis pas fier de moi, mais plusieurs fois, j'ai été jusqu'à dire ''vendez vos enfants''."

 
Les représentants de la banque restent muets sur ces pratiques. Il est impossible d’avoir un entretien avec Mohammed Yunus et le siège social est interdit aux journalistes un peu trop curieux.

 
La Grameen Bank compte aujourd’hui plus de 100 millions de clients dans les pays les plus pauvres de la planète. Elle vise les 500 millions en 2020.

Première publication : 04/04/2008

COMMENTAIRE(S)