Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Un ministère et une journée pour lutter contre la solitude

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Tunisie retirée de la liste noire de l'Union européenne sur l'évasion fiscale

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

FOCUS

Namibie : des communautés massacrées au début du 20e siècle demandent réparation à l’Allemagne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mélanie Thierry bouleversante dans "La douleur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mike Pence, messianique devant la Knessset"

En savoir plus

Pas de "conditions" à la présence de Sarkozy aux JO

Dernière modification : 07/04/2008

Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, déclare qu'il n'y a "pas de conditions à la position de la France", tout en appelant à un dialogue entre la Chine et le dalaï-lama. (Récit : E. Allain)

 
La France ne pose "pas de conditions" à la Chine pour que le président Nicolas Sarkozy participe à la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin mais "tout est ouvert", a déclaré samedi à France 2 le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.
  
"En fonction de l'évolution le président décidera", a dit M. Kouchner. "L'évolution (de la situation au Tibet) doit être suivie mais toutes les possibilités sont ouvertes", a-t-il précisé. "Tout est ouvert, la position n'est pas encore arrêtée. L'évolution nous importe".
  
"Il n'y a pas de conditions dans la position de la France", a ensuite souligné le ministre. "Ce serait vraiment torpiller une éventuelle participation au dialogue que de poser des conditions", a-t-il estimé, alors que Paris propose de faciliter un dialogue entre Pékin et le dalaï lama. "Il n'y a pas de conditions et d'ailleurs Mme Rama Yade a démenti ce mot".
  
La secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme, Rama Yade, a critiqué la politique chinoise au Tibet dans un entretien publié samedi dans Le Monde mais a démenti avoir parlé de "conditions" à la présence du président Nicolas Sarkozy aux Jeux olympiques de Pékin en août, comme l'affirme le journal.
  
Samedi en fin d'après-midi, M. Kouchner et Mme Yade ont reçu plusieurs associations de défense des droits de l'homme pour un entretien sur la situation au Tibet et sur les droits de l'homme en Chine.
  
Le ministre et la secrétaire d'Etat ont réaffirmé "leur attachement au respect des droits de l'Homme ainsi que la position des autorités françaises en faveur d'un dialogue concret et constructif entre les autorités chinoises et le Dalaï Lama, seule voie vers une solution durable, et leur disponibilité à faciliter ce dialogue", selon un communiqué du ministère.
  
"Ils ont par ailleurs rappelé leur demande en faveur de la réouverture du Tibet et de la liberté d'expression et d'information afin que lumière soit faite sur les derniers événements", poursuit le texte.
  
Cette rencontre "a également permis d'évoquer le passage de la flamme olympique à Paris le 7 avril", selon le ministère. M. Kouchner et Mme Yade "ont souligné que les autorités françaises, tout en respectant la liberté de manifestation, entendaient assurer le bon déroulement de cet événement".

Première publication : 05/04/2008

COMMENTAIRE(S)