Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste visant la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski se dit disposé à gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Les pourparlers suspendus par l'opposition au Kenya

Dernière modification : 08/04/2008

L'opposition kényane a suspendu les pourparlers avec le parti du président Kibaki "tant qu'il ne reconnaitra pas pleinement l'accord d'un partage à 50-50" du pouvoir. (Récit : L. Dupont)

La police kényane a fait usage de gaz lacrymogènes mardi dans le plus grand bidonville de Nairobi pour disperser de petits groupes de manifestants dénonçant les retards dans la formation d'un gouvernement de coalition, a-t-on appris de sources concordantes.

De petits groupes de jeunes manifestants ont incendié des pneus et bloqué des rues dans Kibera, plus grand bidonville de la capitale kényane et fief du chef de l'opposition Raila Odinga, en scandant "nommez le gouvernement maintenant", selon des témoins et une journaliste de l'AFP..

"Plusieurs véhicules ont été endommagés. La police anti-émeutes contrôle la situation", a déclaré à l'AFP un officier de la police, Richard Mwara, ajoutant que les policiers avaient fait usage de gaz lacrymogènes.

"Si (le président Mwai) Kibaki n'est pas prêt à accepter Raila Odinga comme un partenaire égal, faisons de nouvelles élections", a déclaré à l'AFP un manifestant, Dominic Ogembo.

"C'est juste le début. Kibaki et (le président zimbabwéen Robert) Mugabe tuent la démocratie en Afrique. Ils devraient être pendus", a affirmé de son côté un jeune manifestant prénommé Anon.

Les négociations entre le gouvernement et l'opposition pour la formation d'un gouvernement de coalition achoppent sur la répartition des postes de ministres, les deux camps s'accusant mutuellement des blocages.

MM. Kibaki et Odinga étaient parvenus, sous la médiation de l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, à cet accord de gouvernement de coalition le 28 février, qui avait été entériné à l'unanimité par le Parlement le 18 mars.

La contestation par l'opposition de la réélection de M. Kibaki lors de la présidentielle entachée de graves irrégularités du 27 décembre, a plongé le Kenya dans une crise politique majeure, qui a fait 1.500 morts et plus de 300.000 déplacés.
 

Première publication : 08/04/2008

COMMENTAIRE(S)