Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Les pourparlers suspendus par l'opposition au Kenya

©

Dernière modification : 08/04/2008

L'opposition kényane a suspendu les pourparlers avec le parti du président Kibaki "tant qu'il ne reconnaitra pas pleinement l'accord d'un partage à 50-50" du pouvoir. (Récit : L. Dupont)

La police kényane a fait usage de gaz lacrymogènes mardi dans le plus grand bidonville de Nairobi pour disperser de petits groupes de manifestants dénonçant les retards dans la formation d'un gouvernement de coalition, a-t-on appris de sources concordantes.

De petits groupes de jeunes manifestants ont incendié des pneus et bloqué des rues dans Kibera, plus grand bidonville de la capitale kényane et fief du chef de l'opposition Raila Odinga, en scandant "nommez le gouvernement maintenant", selon des témoins et une journaliste de l'AFP..

"Plusieurs véhicules ont été endommagés. La police anti-émeutes contrôle la situation", a déclaré à l'AFP un officier de la police, Richard Mwara, ajoutant que les policiers avaient fait usage de gaz lacrymogènes.

"Si (le président Mwai) Kibaki n'est pas prêt à accepter Raila Odinga comme un partenaire égal, faisons de nouvelles élections", a déclaré à l'AFP un manifestant, Dominic Ogembo.

"C'est juste le début. Kibaki et (le président zimbabwéen Robert) Mugabe tuent la démocratie en Afrique. Ils devraient être pendus", a affirmé de son côté un jeune manifestant prénommé Anon.

Les négociations entre le gouvernement et l'opposition pour la formation d'un gouvernement de coalition achoppent sur la répartition des postes de ministres, les deux camps s'accusant mutuellement des blocages.

MM. Kibaki et Odinga étaient parvenus, sous la médiation de l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, à cet accord de gouvernement de coalition le 28 février, qui avait été entériné à l'unanimité par le Parlement le 18 mars.

La contestation par l'opposition de la réélection de M. Kibaki lors de la présidentielle entachée de graves irrégularités du 27 décembre, a plongé le Kenya dans une crise politique majeure, qui a fait 1.500 morts et plus de 300.000 déplacés.
 

Première publication : 08/04/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)