Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

Sadr City, la ville interdite

Dernière modification : 14/04/2008

Sadr City, fief du leader chiite Moqtada Sadr, est bouclé par les armées irakienne et américaine. Au moins 13 personnes y ont été tuées en ce jour anniversaire. Reportage de nos envoyés spéciaux Lucas Menget, G. Martin et M. Ibrahim.


2e partie - Chola, la vie sous couvre-feu

3e partie - Nadjaf, capitale du chiisme



Il faut passer par les décharges pour entrer dans Sadr City. C’est le seul chemin encore ouvert. La ville chiite de 2 millions d’habitants est presque vide. Les voitures ne peuvent plus en sortir. Et les piétons se cachent. Depuis quinze jours, Sadr City est sous couvre-feu : la punition du gouvernement et des Américains au bastion du jeune chef radical, Moqtada Sadr.

         
Cet immense quartier chiite de deux millions d'habitants, le plus déshérité de Bagdad, vit des heures noires. Il est totalement bouclé par les armées irakiennes et américaines, et on y ramasse les cadavres des batailles tous les jours.  

      
Les combattants de l’Armée du Mahdi se cachent. Mais certains ont accepté de nous guider. Et même de servir de leurre : cette avenue est dans le viseur des snipers américains.

      
Colère contre le gouvernement
 

La peur est là. Mais la colère contre le gouvernement est encore plus vive. "Le gouvernement n’a pas voulu respecter nos accords. Nous cachons nos armes, mais eux ils sont entrés avec leurs troupes dans la ville, ils ont attaqué les maisons et arrêté des civils", raconte Abou Haïdar, militant de l’Armée du Mahdi à Sadr City. Dans la journée, les attaques feront 18 morts. La colère de Sadr City est décuplée.

    
Au Quartier général du parti de l'Armée du Mahdi, on contourne le blocus. Des sacs de riz et de céréales arrivent du Pakistan ou d’Iran. Le patron du parti à Bagdad est formel : les Américains sont pires que Saddam.

   
"Bien sûr pour nous c’est plus tragique qu’à l’époque de Saddam contre le peuple irakien : je pense vraiment que l’élève est parti mais nous avons maintenant le maître", commente Sayyed Salman Al-Freejy, représentant de Moqtada Sadr pour Bagdad Est. 

  
A Sadr City, le drapeau de l’unité irakienne flotte sur les décombres d’un rêve.

 


Cliquez ici pour lire le carnet de route de Lucas Menget

Première publication : 09/04/2008

COMMENTAIRE(S)