Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Sadr City, la ville interdite

Dernière modification : 14/04/2008

Sadr City, fief du leader chiite Moqtada Sadr, est bouclé par les armées irakienne et américaine. Au moins 13 personnes y ont été tuées en ce jour anniversaire. Reportage de nos envoyés spéciaux Lucas Menget, G. Martin et M. Ibrahim.


2e partie - Chola, la vie sous couvre-feu

3e partie - Nadjaf, capitale du chiisme



Il faut passer par les décharges pour entrer dans Sadr City. C’est le seul chemin encore ouvert. La ville chiite de 2 millions d’habitants est presque vide. Les voitures ne peuvent plus en sortir. Et les piétons se cachent. Depuis quinze jours, Sadr City est sous couvre-feu : la punition du gouvernement et des Américains au bastion du jeune chef radical, Moqtada Sadr.

         
Cet immense quartier chiite de deux millions d'habitants, le plus déshérité de Bagdad, vit des heures noires. Il est totalement bouclé par les armées irakiennes et américaines, et on y ramasse les cadavres des batailles tous les jours.  

      
Les combattants de l’Armée du Mahdi se cachent. Mais certains ont accepté de nous guider. Et même de servir de leurre : cette avenue est dans le viseur des snipers américains.

      
Colère contre le gouvernement
 

La peur est là. Mais la colère contre le gouvernement est encore plus vive. "Le gouvernement n’a pas voulu respecter nos accords. Nous cachons nos armes, mais eux ils sont entrés avec leurs troupes dans la ville, ils ont attaqué les maisons et arrêté des civils", raconte Abou Haïdar, militant de l’Armée du Mahdi à Sadr City. Dans la journée, les attaques feront 18 morts. La colère de Sadr City est décuplée.

    
Au Quartier général du parti de l'Armée du Mahdi, on contourne le blocus. Des sacs de riz et de céréales arrivent du Pakistan ou d’Iran. Le patron du parti à Bagdad est formel : les Américains sont pires que Saddam.

   
"Bien sûr pour nous c’est plus tragique qu’à l’époque de Saddam contre le peuple irakien : je pense vraiment que l’élève est parti mais nous avons maintenant le maître", commente Sayyed Salman Al-Freejy, représentant de Moqtada Sadr pour Bagdad Est. 

  
A Sadr City, le drapeau de l’unité irakienne flotte sur les décombres d’un rêve.

 


Cliquez ici pour lire le carnet de route de Lucas Menget

Première publication : 09/04/2008

COMMENTAIRE(S)