Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Sadr City, la ville interdite

Dernière modification : 14/04/2008

Sadr City, fief du leader chiite Moqtada Sadr, est bouclé par les armées irakienne et américaine. Au moins 13 personnes y ont été tuées en ce jour anniversaire. Reportage de nos envoyés spéciaux Lucas Menget, G. Martin et M. Ibrahim.


2e partie - Chola, la vie sous couvre-feu

3e partie - Nadjaf, capitale du chiisme



Il faut passer par les décharges pour entrer dans Sadr City. C’est le seul chemin encore ouvert. La ville chiite de 2 millions d’habitants est presque vide. Les voitures ne peuvent plus en sortir. Et les piétons se cachent. Depuis quinze jours, Sadr City est sous couvre-feu : la punition du gouvernement et des Américains au bastion du jeune chef radical, Moqtada Sadr.

         
Cet immense quartier chiite de deux millions d'habitants, le plus déshérité de Bagdad, vit des heures noires. Il est totalement bouclé par les armées irakiennes et américaines, et on y ramasse les cadavres des batailles tous les jours.  

      
Les combattants de l’Armée du Mahdi se cachent. Mais certains ont accepté de nous guider. Et même de servir de leurre : cette avenue est dans le viseur des snipers américains.

      
Colère contre le gouvernement
 

La peur est là. Mais la colère contre le gouvernement est encore plus vive. "Le gouvernement n’a pas voulu respecter nos accords. Nous cachons nos armes, mais eux ils sont entrés avec leurs troupes dans la ville, ils ont attaqué les maisons et arrêté des civils", raconte Abou Haïdar, militant de l’Armée du Mahdi à Sadr City. Dans la journée, les attaques feront 18 morts. La colère de Sadr City est décuplée.

    
Au Quartier général du parti de l'Armée du Mahdi, on contourne le blocus. Des sacs de riz et de céréales arrivent du Pakistan ou d’Iran. Le patron du parti à Bagdad est formel : les Américains sont pires que Saddam.

   
"Bien sûr pour nous c’est plus tragique qu’à l’époque de Saddam contre le peuple irakien : je pense vraiment que l’élève est parti mais nous avons maintenant le maître", commente Sayyed Salman Al-Freejy, représentant de Moqtada Sadr pour Bagdad Est. 

  
A Sadr City, le drapeau de l’unité irakienne flotte sur les décombres d’un rêve.

 


Cliquez ici pour lire le carnet de route de Lucas Menget

Première publication : 09/04/2008

COMMENTAIRE(S)