Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

"Vers un système bipartisan"

Dernière modification : 11/04/2008

Le PdL de centre-droit et le PD de centre-gauche présentent des programmes relativement proches dans cette campagne, note Marc Lazar, chercheur à Sciences-Po Paris, pour qui une réforme de la loi électorale est primordiale.

Les sondages donnent au moins cinq points d'avance à Silvio Berlusconi, du Peuple de la liberté (PdL, centre-droit). Aucun suspense ne semble alimenter ces élections, dont la campagne a été qualifiée par le quotidien italien La Stampa de "morne et ennuyeuse"...
  

Marc Lazar : Certes, les sondages donnent une certaine avance au centre-droit. Mais le nombre d'indécis reste élevé, de l'ordre de 30 %. Une surprise n'est donc pas à exclure : rappelons qu'en 2006, la courte victoire de Romano Prodi n'était pas prévue. Les électeurs se sont prononcés ou ont changé d'opinion quinze jours avant le scrutin.
 
Il est vrai que le ton de la campagne, très différent des précédentes, ne passionne pas les foules. On a l'habitude d'observer une certaine violence lors des affrontements verbaux entre les candidats, avec un Berlusconi qui diabolisait la gauche et inversement. C'est moins le cas cette fois-ci, même si le ton commence à monter ces derniers jours.
 
Enfin, il n'existe pas non plus de thème saillant qui mobilise les électeurs. Il faut dire que les programmes des deux principaux candidats sont relativement proches. Sauf depuis la semaine dernière : Veltroni s'est prononcé sur une augmentation des retraites, et Berlusconi s'est emparé de l'affaire Alitalia-Air France.

 
Justement, Silvio Berlusoni a politisé plusieurs affaires, comme celle d'Alitalia, mais aussi la crise des ordures à Naples. Est-ce une stratégie efficace ?
  

M. L. : Le sujet de la crise des ordures à Naples reste une affaire locale. Berlusconi rejette la responsabilité de la crise sur l'administration du centre-gauche, en charge du pays et de la Campanie. Mais l'impact se limitera à la région. Là, les électeurs seront sans doute sévères.
  
Concernant Alitalia, l'impact est aussi régional, mais concerne cette fois-ci le Nord de l'Italie. La prise de position de Berlusconi contre Air France a clairement un objectif politique en direction du Nord. Il donne des gages à un de ses alliés, la Ligue du Nord, qui veut éviter la mise en sommeil de l'aéroport de Milan-Malpensa. Il veut aussi jouer sur le sentiment national blessé des Italiens, attachés à leur "compagnie de drapeau".
   
Par contre, les Romains sont plutôt contents de la reprise d'Alitalia par Air France, car cela profiterait à l'aéroport de Rome-Fiumicino. Pour le parti de centre-gauche, le Parti démocrate (PD) s'opposant à Berlusconi, c'est une affaire compliquée car une partie des syndicats est hostile à Air France.


Pourquoi Walter Veltroni, du Parti démocrate, a-t-il décidé de se détacher des petits partis ?

M. L. : Cette volonté était sous-jacente depuis juillet dernier, car il a constaté que la coalition Prodi avait fonctionné lors des élections de 1996 et 2006, mais que ça ne fonctionnait pas au gouvernement [contribuant même en partie à provoquer la chute de Prodi moins de deux ans après sa victoire électorale].
  
Cet ancien communiste veut apparaître comme un homme nouveau en affirmant vouloir recentrer la gauche. Son objectif est donc de simplifier et de clarifier la vie politique. C'est un message fort qu'il adresse aux Italiens. C'est la grande nouveauté de ces élections : on se dirige vers un système bipartisan avec deux grands partis. Le combat va ausi être plus âpre pour les petits partis.


Quels sont les défis majeurs que le vainqueur de ces élections devra relever ?

M. L. : Le prochain président du Conseil va devoir s'atteler à la réforme de la loi électorale qui perturbe le jeu politique, et qui est mal comprise des citoyens italiens. [Cette loi complique l'obtention d'une majorité franche au Sénat. Elle oblige les coalitions à rallier des partis très divers, contribuant donc à bloquer la vie politique] Mais s'il n'y a pas la même majorité au Parlement et au Sénat, va-t-il obtenir le consensus ?
  
Les grands défis concernent aussi les questions économiques et sociales. La classe moyenne s'estime étranglée par les impôts. Quant aux problèmes de pouvoir d'achat et des salaires, ils sont à peu près similaires à ce qu'on observe en France. Mais la marge de manœuvre est étroite, il faut réduire la dette publique, très élevée.

 

Première publication : 09/04/2008

COMMENTAIRE(S)